Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Assurance emprunteur : un arrêté a été supprimé
  Legislation

Nouvelle péripétie dans l’évolution de l’assurance emprunteur. L’arrêté sur la fiche d’information standardisée a été supprimé pour le moment.

Bien que non obligatoire sur le papier, l’assurance emprunteur est incontournable pour l’obtention d’un prêt par votre banque. Elle est une garantie pour votre établissement bancaire dans le cas où vous ne seriez pas en possibilité de rembourser votre prêt (perte d’emploi, décès, maladie…).

Pouvant monter jusqu’à 30% du coût du crédit, il est donc possible de passer par un assureur concurrent. Cependant il n’était possible d’en changer que pendant la période des 12 mois suivant la signature.

Un article de la loi Sapin 2 était censé permettre aux Français de renégocier ou de changer plus facilement d’assurance emprunteur. Cependant, la CLCV (association de consommateurs) a remarqué la disparition d’une partie de cet article.

Où est donc passé cet arrêté ?

En février 2017, des parlementaires ont fait inscrire dans la loi (contre l’avis du gouvernement) la possibilité pour l’emprunteur de changer d’assurance tout au long de son prêt. Le président de la CLCV, Jean-Yves Mano, rappelle que « Ces réformes permettent au consommateur de gagner en pouvoir d'achat » et « qu’il est donc nécessaire que ce nouveau droit soit porté à la connaissance de l'emprunteur. »

Seulement, il était convenu que Bercy devait modifier « la fiche d’information standardisée » afin que les emprunteurs puissent prendre connaissances de leurs nouveaux droits.

Cependant, après le passage de ce morceau de loi devant une commission d’experts, cette fiche a tout bonnement disparue sans donner plus d’informations. Il faut tout de même noter que la loi ayant été votée, il sera possible de changer d’assurance emprunteur chaque année à partir de janvier 2018.

Tout n’est pas positif

Même si cette loi apporte un choix plus varié au niveau des emprunteurs et avec plus de souplesse, un point noir est tout de même à notifier. En effet, dans certains cas, l’assureur pourra se dégager de l’emprunteur. Au cours du contrat, si votre prêteur venait à apprendre que vous pratiquez un sport dit « dangereux », il pourrait alors rompre le contrat d’assurance.

La liste de ces activités n’ayant pas été dévoilées pour le moment, il faudra s’armer de patience avant de savoir si oui ou non, vous êtes susceptible de vous faire « radier » par votre assureur.

Pierre E

Twitter icon
Facebook icon