Banque et les crédits : bilan 2018 et perspective 2019 à la loupe

18 Jan 2019
Banque
Banque et les crédits : bilan 2018 et perspective 2019 à la loupe

Que s’est-il passé côté banque et crédits en 2018 et que prévoit 2019 ? Gel des tarifs bancaires en 2019, digitalisation des banques, hausse du crédit consommation... On vous fait un petit tour non exhaustif des points à retenir.

Le gel des tarifs bancaires en 2019

Les banques françaises se sont engagées auprès du président de la République, à ne pas augmenter les tarifs pour les particuliers en 2019. Par ailleurs, les banques vont plafonner les frais d’incidents bancaires pour les consommateurs en situation plus difficile à hauteur de 25 euros par mois. Les frais ne pourront pas dépasser cette somme mais seront différents selon les établissements.

La digitalisation des banques se développe

Avec l’arrivée des banques et des néo-banques la digitalisation s’est fortement développée. Les Français utilisent de plus en plus leur portable ou tablette pour gérer leur compte, faire des virements… Les agrégateurs de données (type Bankin) ont aussi changé le paysage et permettent de mieux gérer son argent.

En 2019 on fête les deux ans de la loi Macron qui devait améliorer la mobilité bancaire. Cette nouvelle législation a surtout renforcé la concurrence entre les établissements et notamment les banques en ligne. Les clients en profitent encore peu (6.5% des Français sont clients d’une banque en ligne).

Et côté crédits conso et immobilier

En novembre 2018, l’encours des crédits aux particuliers en France était de 1217 milliards d’euros, en hausse (2400 milliards en tout avec les entreprises). La fédération bancaire française annonce une progression de ce chiffre de 5.9% en un an. Plus de 47 % des ménages détiennent au moins un crédit en 2017 : 30.8 % un prêt immobilier et 27.2 % un prêt conso. Le crédit conso se porte bien avec une hausse portée par la LOA dans le secteur automobile. Le crédit renouvelable reprend aussi des couleurs en 2018 selon la Banque de France.

Le crédit immobilier a passé un seuil symbolique en 2018 : l’encours de prêt à l’habitat a dépassé la barre des 1000 milliards (+5.9% en un an). La raison de cette hausse est principalement dans les taux d’intérêt très bas : 1.50%. La France est la première en Europe pour les prêts immobilier : 27 % des prêt immo de la zone euro sont accordés par une banque française (chiffre de la banque centrale européenne de juin 2018). En outre pour la première fois en sept ans, en 2019 les entreprises se financent moins cher auprès de leur banque (taux à 1,44 % en moyenne en novembre 2018) qu'auprès des marchés (1,47 % en moyenne à la même période), selon les dernières statistiques de la Banque de France.

Une épargne importante mais peu rémunérée

Les Français ont beaucoup épargné en 2018 : 5106.9 milliards d’euros, c’est l’encours des principaux placements financiers détenus par les Français au 2e trimestre 2018. Avec les taux d’intérêt très bas, l’épargne traditionnel type livret A est boudé, l’assurance-vie en support euros reprend des couleurs.

En 2019 le PEA a été assoupli côté fiscalité : les retraits partiels sans clôture du contrat après cinq ans sont possibles.

Notre actualité
La Cour des Comptes a pointé du doigt en février dernier dans son rapport annuel la situation des avoirs oubliés ou dormants. On vous explique et…
18 fév 2019
Banque
Un client qui avait fourni des faux documents à son banquier pour obtenir un prêt immobilier sur 20 ans a été condamné à rembourser immédiatement…
22 jan 2019
Banque
Nos dossiers
Dans une entreprise qui propose le plan d'épargne pour la retraite collectif, tout salarié le souhaitant pourra en bénéficier à condition bien…
18 fév 2019
Retraite
Les déductions fiscales et défiscalisations liées à un prêt immobilier suivent-elles le nouveau crédit en cas de rachat ? Oui mais sous conditions.…
07 fév 2019
Rachat de crédit