Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Les utilisations du Bitcoin entre premières mondiales et régulations

Les utilisations du Bitcoin entre premières mondiales et régulations
  Digital
Les utilisations du Bitcoin entre premières mondiales et régulations

Après la chute des cours en fin d’année, le bitcoin continue à faire parler de lui, entre premières mondiales et régulations. Mais dans le même temps le nombre de transactions a baissé de moitié. On fait le point

Bitcoin : entre première mondiale et régulation

Depuis le début de l’année le bitcoin a cessé de flirter avec les records et s’échange entre 10.000 et 12.000 dollars. Mais dans le même temps le nombre de transactions a baissé de moitié : on en compte que … 160.000 début mars. Mais l’activité autour de la crypto-monnaie continue et rime aussi avec premières mondiales.

Cela commence au niveau des banques. En février dernier, une filiale de Goldman Sachs, a acheté une plate-forme de cryptomonnaies Poloniex. La transaction se monte à 400 millions de dollars. Cette plate-forme est la 14e plus grande bourse de bitcoin dans le monde. Une application d’achat de cryptomonnaies pour les particuliers est aussi en cours de création.

Clubs de football, trip-tease, aéroport, le bitcoin est partout

Dans le même temps le club de foot turc d'Harunustaspor, qui évolue en championnat amateur, a réalisé le premier transfert en bitcoin de l'histoire du sport, pour une montant de 431 euros en Bitcoin et 533 euros en cash. Autre première mondiale cette fois en Australie. L'aéroport de Brisbane a annoncé que les magasins dans les terminaux accepteront bientôt le bitcoin et d'autres cryptomonnaies.

On peut payer en bitcoin dans des endroits insolites, comme au Legends Room, un club de strip-tease de Las Vegas. Certaines de ses danseuses ont des tatouages éphémères sur lesquels sont dessinés des QR codes, permettant, ainsi, aux clients de payer leur show en toute discrétion et aux filles d'éviter d'avoir à se déplacer avec beaucoup de « cash » sur elles.

Toujours aux Etats-Unis, les Américains habitant dans l’état de Géorgie devraient bientôt avoir la possibilité de payer leurs impôts en cryptomonnaie. Un projet de loi en ce sens a été proposé en février dernier à la Chambre des Représentants de l’État pour examen.

Cryptomonnaie : un cadre réglementaire pourrait se mettre en place

Les envies de régulation n’ont pas baissé pour autant. Sur ce sujet brulant, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a interrogé fin février 2018, une majorité des parties prenantes dans le secteur économique en France. L'idée d'un cadre légal approprié aux levées de fonds en cryptomonnaies (appelée aussi "Initial coin offerings", ICO) recueille leur soutien.

Un cadre réglementaire pourrait aussi se mettre en place au niveau mondial, puisque le G20 a inscrit les cryptomonnaies à l'ordre du jour lors de sa réunion en mars 2018. Mais cela ne devrait pas se faire de sitôt car le Conseil de stabilité financière (FSB*), dans le même temps, a recommandé de ne pas réguler le secteur.

Le FSB* est une structure au G20 qui regroupe 26 autorités nationales (banques centrales, ministères des finances, etc.) et plusieurs organisations internationales élaborant des normes dans le domaine de la stabilité financière. Elle a pour objectif l’amélioration de la coopération internationale financière. Son avis est seulement consultatif mais particulièrement écouté.

La Chine, par la voix du gouverneur de la banque centrale, a aussi donné son avis début mars sur le sujet évoquant « un avenir sans argent liquide ». Ce pays a interdit les ICO et fermé quelques plateformes d’échange mais indique que « l’essor des monnaies électroniques est inévitable sur le plan du développement technologique ».

Sur la toile, on prend aussi position. Twitter serait sur le point de bannir les publicités vantant les cryptomonnaies sur son site dès le 2 avril. Google va aussi dans cette direction avec une interdiction dès juin de cette année.

L’Autorité des marchés financiers a publié en mars dernier une liste de 15 sites contrevenant à la législation sur la publicité des produits les plus risqués (diamants, terres rares, vin… et aussi cryptomonnaies). Une liste noire à consulter avant d’avoir envie d’investir.

Craig Wright poursuivi par la justice américaine

L'autre actualité du jour sur le Bitcoin vient encore des Etats-Unis : Il s’agit des poursuites judiciaires visant Craig Wright, l'inventeur autoproclamé du bitcoin. Celui-ci est accusé d'avoir escroqué plus de 5 milliards de dollars en utilisant de faux contrats et signatures pour revendiquer des bitcoins minés par son collègue Dave Kleiman, décédé en 2013.

Lydie Dabirand

Articles en relations :

 

Twitter icon
Facebook icon