Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Bitcoins : entre variation des cours et envie de régulation

Bitcoins : entre variation des cours et envie de régulation
  Digital
Bitcoins : entre variation des cours et envie de régulation

Le bitcoin, monnaie virtuelle, n’arrête de faire parler de lui. Entre grande fluctuation du cours, envie de régulation des Etats, plus-value taxée… on fait le point…

Le cours du Bitcoin n’arrête pas de fluctuer. Avec un sommet de 19.891 dollars atteint le 17 décembre, cette semaine la monnaie virtuelle a perdu 2.000 euros en quelques heures mi-janvier, passant sur certaines plateformes à moins de 10.000 dollars. Pour certains spécialistes de cette cryptomonnaie, les investisseurs cherchent absolument à vendre. Comme un petit vent de panique !

Même Nabilla s’y met !

Ces derniers, acheteurs de monnaie virtuelle, ont peut-être entendu les propos des dirigeants de la Corée du Sud, pays où cette monnaie est très prisée, qui veulent interdire les échanges avec le bitcoin.

D’autres ont aussi vu la réponse par tweet de l’autorité des marchés financiers (AMF) à la fameuse Nabilla Benatia (oui celle du shampoing et du fameux « non mais allo ! »), qui faisait la promotion de cette monnaie : « Le Bitcoin c’est très risqué ! on peut perdre toute sa mise. Pas de placement miracle. Restez à l’écart », a répondu l’AMF.

Une mission et des orientations

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a aussi annoncé mi-janvier la création d’une mission sur le Bitcoin présidée par Jean-Pierre Landau, l’ancien sous-gouverneur de la Banque de France et ancien administrateur pour la France au FMI.

« Nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au Bitcoin », a indiqué le ministre. Cette mission va proposer des orientations sur l’évolution de la réglementation « pour mieux en maîtriser le développement ».

Bitcoin : les plus-values taxées

A l’heure où l’on va bientôt remplir sa déclaration d’impôt, il ne faut pas oublier que les gains engendrés par la revente de Bitcoins doivent être déclarés et sont soumis à l’impôt sur le revenu. L’administration française avait déjà pris les devants dès 2014 : tous les gains tirés des bitcoins sont imposables car pour l’administration, « leur acquisition en vue de leur revente procède d'une intention spéculative ».

Si l’activité de vente et revente est occasionnelle, ces gains sont imposables dans la catégorie des BNC (bénéfices non commerciaux). Si cette activité devient habituelle, les gains sont alors soumis au régime des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Lydie.D

Articles en relations :

 

Twitter icon
Facebook icon