Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
 

Logo Crédigo

Appelez-nous au 03 22 66 56 56

Ce qu’il faut retenir sur la fiscalité et les impôts depuis 2019

26 Jan 2021
Economie
Fiscalité, impôts : bilan 2018 et perspective 2019 à la loupe

Petit tour non exhaustif des points à retenir sur la fiscalité depuis 2019 avec le prélèvement à la source, la taxe d’habitation, les taxes insolites, les nouvelles taxes ou les impôts qui augmentent... Sans oublier les nouveautés pour 2021 !

Le prélèvement à la source

Le prélèvement des impôts à la source directement sur le salaire ou la pension de retraite a été mis en place au 1er janvier 2019. On peut aussi continuer à bénéficier des réductions et des crédits d’impôt. Pour éviter que les Français ne fassent une avance de trésorerie trop importante, l'État fait un acompte de 60 % dès le mois de janvier.

Les crédits d’impôt pour les particuliers employeurs

Le prélèvement de l’impôt à la source est entré en vigueur qu’à partir de 2020 dans le secteur de l’emploi à domicile. Les particuliers employeurs effectuent la déclaration du nombre d’heures effectuées et le salaire net de l’employé auprès de Pajemploi ou du Cesu, qui calculent alors le montant des cotisations sociales dues et celui du prélèvement à la source à partir du taux transmis par l’administration fiscale.

Ces dépenses payées en 2020 donnent droit à un crédit d'impôt sur l'impôt 2021 égal à 50 % des dépenses.

Poursuite de la suppression progressive de la taxe d'habitation

La taxe d'habitation va disparaître d'ici 2023. Une baisse de 30% a eu lieu en 2018 pour la majeure partie des contribuables. En 2019, une seconde baisse de la taxe d’habitation de 65 % a été appliquée. En 2021, les 20 % des ménages redevables de la taxe d'habitation restants bénéficient d'une baisse progressive de leur taxe sur leur résidence principale, jusqu'à sa suppression définitive prévue en 2023.

L’ISF devient l’IFI

L'ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) a été remplacé en 2019 par l'IFI (l'Impôt sur la Fortune Immobilière), Avec ce nouvel impôt sur la fortune, seul l'immobilier est pris en compte, et plus les revenus du capital. Les patrimoines immobiliers s'élevant à plus de 1,3 millions d'euros seront taxés.

La "flat tax" de 30% sur les revenus du capital

Depuis le premier janvier 2018, la Flat Tax a été mise en place. C’est un prélèvement forfaitaire unique (PFU) touchant les revenus du capital, liés à la détention d’un patrimoine financier, type intérêts, dividendes et plus-values de cession de valeurs mobilières. Son taux est de 30%, 12,8 % au titre de l’impôt sur le revenu et 17,2 % de CSG. Elle s’applique quel que soit le niveau de revenu du contribuable.

Une taxe sur les abris de jardin, véranda ou piscine

Une quinzaine de petites taxes comme celle sur la farine ont disparu en 2019 mais certaines demeurent comme la taxe d’aménagement. Cette dernière est payée par le contribuable quand ils construisent un abri de jardin, d'une véranda ou d'une piscine. Elle avait déjà augmenté début 2018 et idem en 2019 de 3.8%. Une hausse est aussi prévue en 2021.

A l’étranger on a créé des nouvelles taxes…

Depuis début janvier 2019, le Japon fait payer une taxe aux passagers japonais et étrangers quittant le pays en avion ou en bateau, d’un montant de 1000 yens soit 8 euros. Cette redevance doit notamment améliorer l'accès à l'information mais aussi financer la promotion du tourisme, en prévision des Jeux olympiques et paralympiques de 2020. La Russie réfléchit aussi à mettre en place ce genre de taxe d'un montant de 500 roubles soit 7 euros afin de "soutenir le tourisme dans le pays". Edimbourg en Ecosse a engagé la même réflexion et veut mettre en place une taxe de 2 livres par nuit et par chambre.

Venise devait instaurer une nouvelle taxe : les touristes d’une journée, passagers de croisières ou autocars devaient payer une taxe s’ils souhaitaient visiter la cité lacustre à partir du 1er septembre 2019. Elle sera comprise entre 3 et 10 euros par voyageur en fonction de la saison. Cette taxe est déjà dans la note d'une nuit à l'hôtel ou dans une autre structure d'hébergement. Elle pourrait rapporter jusqu'à 50 millions d'euros par an et servira principalement au nettoyage et à la sécurisation de la ville. Un report a été décidé pour 2022 crise Covid oblige, le tourisme étant en berne en Italie.

Un crédit d’impôt pour l’installation de bornes de recharge pour véhicule électrique

Les propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit d’une résidence principale peuvent en 2021 bénéficier d'un crédit d'impôt de 75 % du montant des dépenses consacrées à l’installation d'une borne de recharge pour véhicule électrique, dans la limite de 300 € par système de charge. A noter que le barème des aides lors de l’achat d’un véhicule électrique a été revu à la hausse en 2020, pouvant aller jusqu’à 7 000 € et reconduit en 2021

Dons et réduction d’impôts

Les dons à des associations venant en aide à des personnes en difficulté (dispositif « Coluche ») bénéficient d'une réduction d'impôt correspondant à 75 % des versements retenus dans une certaine limite. Le plafond porté à 1 000 € en raison de la crise sanitaire reste à cette hauteur un an supplémentaire pour l'imposition des revenus de l'année 2021. Une fois le plafond de 1 000 € atteint, le surplus retombe dans le régime de droit commun avec une réduction d'impôt de 66 %.

Ventes en ligne et locations à déclarer

Au 31 janvier 2021, certains revenus issus de ventes en ligne (Vinted, le bon coin…) ou de location de chambre (Airbnb) seront imposables. Dans la prochaine déclaration de revenus, il faudra indiquer les ventes dans les revenus de l’année précédente, notamment si c’est une activité professionnelle. Les biens fabriqués destinés à être revendus doivent aussi être déclarés. Si les ventes sont occasionnelles, il n’est pas nécessaire de les déclarer.

Rédacteur