Les chiffres de la banque en France en 2017

19 Jun 2018
Banque
Les chiffres de la banque en France en 2017

La fédération bancaire française a publié en juin dernier son rapport sur la banque en France en 2017. Et il en ressort que le modèle à la française a de nombreux atouts et quelques failles...

Des points forts côté crédit et paiement sans contact

La France se classe bien en Europe : quatre banques françaises sont dans les 9 premières d’Europe. L’Hexagone compte 347 banques et 37261 agences, soit 556 agences pour un million d’habitants. Le nombre des agences est en baisse -2.7% en 7 ans mais moins que dans d’autres pays (-14.9% en Europe). Le secteur bancaire est l’un des premiers employeurs dans le privé avec 370.000 personnes employées.

Côté crédits, 47.8 % des ménages ont obtenu un prêt, 96 % des PME ont eu le crédit d’investissement qu’ils demandaient. « Les banques françaises consolident leurs résultats et sont de nouveau championnes d’Europe du crédit aux entreprises avec plus 6.3 % sur un an », peut-on lire dans le rapport. La France affiche la croissance des crédits la plus élevée d’Europe, la moyenne en zone euros étant de 1.9 %.

Le crédit immobilier pour les particuliers est aussi dynamique avec une hausse de 5.7 %. Les taux bas, particularité française, expliquent ce bon chiffre. 150 logements sont financés chaque heure par les banques en France et 6 ménages sur 10 ont un statut de propriétaire.

Côté digital c’est le grand tournant numérique : en effet 8 Français sur 10 consultent leur compte par internet et les applis bancaires sont parmi les plus utilisées, après celles des réseaux sociaux et de la météo. Le paiement sans contact s’est aussi imposé avec 40 % des paiement de moins de 20 euros réalisés par ce biais, contre 23 % en 2016 : 39 paiements sans contact sont réalisés par seconde en France.

Autre bonne nouvelle : Paris va aussi accueillir le siège de l’autorité bancaire européenne, qui quitte Londres à cause du Brexit.

Des points faibles à pallier pour les banques...

Le rapport met aussi en lumière quelques failles. Ainsi les banques devront trouver une solution face au changement concernant l’assureur-emprunteur. La possibilité de résiliation annuelle entraine une hausse de la concurrence et la perte d’un marché financier important pour le secteur.

Les banques doivent aussi s’adapter aux taux bas qui réduisent leur marge et à la forte demande de renégociations ou rachat de crédits. Les banquiers attendent aussi beaucoup de la loi PACTE qui est examinée depuis mi-juin à l’assemblée nationale, avec des mesures sur l’épargne notamment. Ces derniers plaident pour la création d’un produit d’épargne longue réglementé « afin de garantir l’existence d’une ressource longue au bilan des banques ».

Les banques doivent également faire des efforts pour aider les personnes fragiles et leur proposer l’offre spécifique (appelée GPA) qui existe déjà mais qui n’est souscrite que par 10 % des cas détectés.

Tous les chiffres cités dans le texte sont dans le rapport que l’on peut trouver sur le site de la fbf.fr Fédération Bancaire Française.

Notre actualité
Le virement instantané va être proposé par de nombreuses banques françaises dès cet été. Exit les virements qui arrivent sur le compte deux jours…
15 avr 2019
Banque
Le nombre d’agences bancaires et de distributeurs de billets (DAB) est en baisse en France. La situation est moins préoccupante que dans les autres…
11 avr 2019
Banque
Nos dossiers
Aussi appelé crédit communautaire ou "Peer to Peer", le prêt entre particuliers fonctionne de la même façon qu'un crédit auprès d'un établissement…
19 avr 2019
Economie
Avec l’apparition des nouvelles technologies, on constate une évolution de la part des différentes entreprises dans la manière de s’adresser aux…
18 avr 2019
Rachat de crédit