Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Le crédit à la consommation en hausse de 6.4% en 2016
  Credits

En 2016, les souscriptions aux crédits à la consommation ont progressé de 6.4% sans toutefois atteindre le niveau historique de 2007 qui représentait 13% de plus

Le crédit conso soutenu par le secteur de l’automobile et le prêt personnel

En 2016, avec une baisse des taux du crédit à la consommation, les souscriptions aux prêts conso ont progressé de 6.4% sans toutefois atteindre le niveau historique de 2007.

Le crédit voiture et le prêt personnel ont soutenu cette légère reprise en 2016 qui semble se confirmer en ce début d’année 2017.

En effet le crédit pour financer l’achat d’un véhicule a réalisé une progression de 5% des immatriculations de voitures. Cette progression a été portée par le changement des modalités de financement proposé aux consommateurs avec notamment la location avec option d’achat pour les voitures neuves et le crédit affecté +9% privilégié par les consommateurs pour l’achat de véhicule d’occasion nécessitant un emprunt moins important et de plus courte duré.

Le prêt personnel "premier produit de financement des établissements spécialisés en crédit à la consommation" quant à lui, a progressé de 7% sur l’année 2016 en atteignant 31.5 milliard d’euros selon l’ASF.

La tendance semble se confirmer en 2017 pour le crédit conso

2016 : une année paradoxale en termes de crédits à la consommation pour les ménages. Même si les taux bas ont encouragé les consommateurs à contracter des prêts immobiliers ou des crédits à la consommation, le taux des ménages endettés est resté faible. En effet, en 2016, 7,4 millions de ménages ont contracté un nouveau crédit soit une augmentation de 4.0% par rapport à 2015 et 2014. Depuis 2014, d’après l’Observatoire du crédit aux ménages, ce taux a peu évolué et reste faible depuis les années 80.

Pourquoi le taux des ménages endettés reste faible  ?

Le crédit à la consommation en est la cause. Malgré un ressentis élevé de la part des courtiers en regroupement de crédits, les français ont réduit l’usage de ce levier de financement auprès de leur banque en 2016 notamment pour les crédit de consommation courante. Les ménages ont eu tendance à repousser les dépenses du type « durable » tel que l’équipement de son logement ou autre. L’Observatoire met en cause également le fait que les ménages font appel à leurs amis ou leur famille avant de contracter un nouveau crédit. Il stipule « le recul de l'endettement contracté auprès de la famille et des amis a provoqué le recul du taux de détention des crédits à la consommation".

Le crédit immobilier voit quant à lui une opportunité face au crédit à la consommation. Ayant connu une baisse des taux récemment, le crédit immo représente 1.000 Milliards d’euros. A contrario celui de la consommation représente 140 milliards d’euros d’encours. En 2016 on comptabilise alors approximativement 31% de détention de crédits immobilier contre 30% en 2015 nous démontre l’Observatoire. Taux en augmentation très certainement dû à la baisse des taux de l'immobilier qui a battu des records ces derniers mois.

Des ménages qui gèrent mieux leurs finances

Le crédit renouvelable, également appelé crédit revolving, est désormais utilisé par les ménages mais sur de plus petits montant. On y voit alors une utilisation raisonnée du crédit de la part des ménages Français. Une amélioration notée également au niveau des crédits immobiliers. Des décisions plus réfléchis de la part des consommateurs sur la préparation de leurs projets. Rien d’exceptionnel au niveau de l’immobilier quand on sait que ce comportement remonte déjà aux années 90.

Depuis la fin de la crise financière en 2008, les ménages sentent un vent d’optimisme en termes de gestion budgétaire de leur finance personnelle. 12% d’entre eux estiment avoir une situation financière améliorée.

Un optimisme qui accru l’intention de contracter de nouveaux crédits. Qui dit nouveaux crédits, dit nouvelles mensualités, et les banques ne seront pas forcément favorable à accepter un nouveau projet de la part de leur client. C’est pour cela que les sociétés en regroupement de crédit élargissent leurs propositions afin de répondre au mieux aux besoins des personnes souhaitant concrétiser un nouveau projet, tout en gardant une gestion maitrisée de leur budget.

Twitter icon
Facebook icon