Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Le crédit immobilier a toujours autant de succès

Le crédit immobilier a toujours autant de succès
  Immobilier
Le crédit immobilier a toujours autant de succès

Taux en baisse, mais prix en hausse, voici le contexte dans lequel les futurs propriétaires doivent évoluer ces derniers temps pour accéder à la propriété. Mais le crédit immobilier connaît toujours un grand succès auprès des Français.

L'immobilier a le vent en poupe depuis plusieurs d'années

Il suffit de regarder le cumul des montants empruntés au fil des années : 203 milliards en 2015, 250 milliards en 2016 et on comptait déjà 238 milliards d'euros prêtés en octobre 2017. L'année 2017 confirme que les Français continuent d'emprunter pour accéder à la propriété, malgré une baisse du nombre de demandes en fin d'année qui a poussé les banques à revoir leurs taux à la baisse, ce qui a contribué au succè de l'année 2017. Par ailleurs, le nombre de biens vendus a également progressé puisqu’on comptabilise une hausse de 15%, soit déjà 952 000 biens immobiliers vendus en 2017.

Quel emprunteur pour quel emprunt ?

Le montant d'un emprunt moyen reste en augmentation grâce à la baisse des taux et s'élève en 2017 à environ 216.633 euros. Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com confiait récemment au journal Les Échos : « Avec un emprunt supérieur de plus de 35.000  euros par rapport à 2015, la mensualité n'augmente que de 110 euros par rapport à cette même période. Les taux ayant baissé de 0,80 % entre 2015 et 2017, cela permet d'amortir un emprunt plus élevé, souvent rendu nécessaire par l'augmentation des prix ». Cependant, les différences de prix selon les régions restent toujours importantes. On pourra facilement passer du simple au double si l'on souhaite acheter en Île-de-France ou en province.

Le profil de l'emprunteur a lui aussi évolué avec 45% pour les moins de 35 ans et 25% pour les moins de 30 ans. Cela explique la baisse de revenu moyen des emprunteurs, mais traduit aussi l'envie des français d'investir dans l'immobilier malgré un climat de l'emploi pas toujours favorable. De ce fait, l'apport initial a lui aussi été revu à la baisse, on compte environ 14 000€ d'apport contre 20 000€ en 2016.

Les grandes villes frappées par la hausse des prix

Il n'y a pas que l'Île-de-France qui est frappée par une forte valorisation du mètre carré. Le résultat ? Des biens onéreux dans de nombreuses grandes villes qui limitent les possibilités de celles et ceux qui souhaitent investir. En effet, selon Meilleurtaux.com, on compte 17 agglomérations sur 20 qui ont perdu en pouvoir d'achat sur l'année 2017. Par exemple, on compte un mètre carré de perdu pour le pouvoir d'achat immobilier nîmois. On en comptera 10 du côté de Bordeaux. Le pouvoir d'achat par mètre carré est un bon moyen de se rendre compte des variations de prix d'une ville à l'autre.

Pour un même montant on peut acheter 22m² à Paris (ville la plus chère) contre 155m² à Saint-Étienne (agglomération la moins chère de l'année). Les investisseurs peuvent acquérir 101m² à Angers, 91m² à Toulon, 52m² à Nice ou encore 50m² à Lyon.

Lucie.B

Twitter icon
Facebook icon