La croissance française ralentit à 0,2% au deuxième trimestre

26 Aug 2019
Economie

La croissance française ralentit à 0,2% au deuxième trimestre

L’étude trimestrielle proposée par l’INSEE vient de démontrer que la croissance française n’a progressé que de 0,2% pour le deuxième trimestre 2019. Mais à quoi doit-on ce chiffre plus faible que ce qui était attendu ? Explications…

Des prévisions erronées

L’INSEE avait prédit une progression de 0,3% par trimestre tout au long de l’année pour atteindre un total de 1,3% sur l’année 2019. Un chiffre optimiste et annonciateur d’une remontée du pouvoir d’achat.

Pourtant, le résultat n’est pas exactement celui qui a été attendu puisque la progression pour ce deuxième trimestre n’a été que de 0,2%. Un chiffre qui semble faible, mais qui n’est pourtant pas négligeable et qui ne s’éloigne que de 0,1 point des prévisions.

L’objectif de 1,3% sur l’année risque donc d’être difficile à tenir, d’autant plus que le gouvernement espérait que celui-ci s’élève à 1,4% à la fin 2019. Par comparaison, la croissance connue en 2018 était de 1,7%.

Que raconte ce chiffre ?

Si les 0,2% annoncés pour le dernier trimestre ne donnent pas les résultats attendus, c’est qu’il y a aussi une explication derrière ce chiffre qui permet de mieux comprendre la façon dont les Français ont décidé de dépenser leur argent.

La consommation des ménages a par exemple baissé depuis le premier trimestre 2019 puisqu’elle était à 0,4% pour 0,2% pour ce second trimestre. Pourtant, les mesures mises en place à la suite de l’épisode Gilets Jaunes laissaient entrevoir un retour à la consommation des ménages, mais il semble que les mesures prises aient été insuffisantes.

Par exemple, la vente de voitures a connu une importante baisse. L’INSEE avait déjà constaté que les Français préféraient désormais se montrer prudents avec leur budget et économiser leur argent.

La consommation de services a elle aussi connu une baisse puisqu’elle est passée de 0,6% à 0,3% d’augmentation entre le premier et le second trimestre. Les beaux jours n’auront donc pas suffi à ce que les Français aient envie de dépenser dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

Par ailleurs, la plainte des hôteliers et des restaurateurs après la haute saison touristique laisse entrevoir qu’il sera de même pour le troisième trimestre de l’année.

Difficile donc d’envisager que le gouvernement atteigne les 1,4% de croissance espérés pour l’année 2019. Les Français ne souhaitent plus dépenser outre mesure et se montrent davantage prudents pour penser à l’avenir.

En 2021 les Français non-résidents fiscaux auront un nouveau système d’imposition qui pourrait fortement en pénaliser certains. En janvier…
28 oct 2019
Economie
Création, suppression ou encore augmentation des taxes, voici un petit tour non exhaustif des points les plus importants à retenir sur la fiscalité…
15 oct 2019
Economie
Le code des impôts et plus précisément l’article 1398 prévoit une possibilité d’être exonéré ou d’obtenir un dégrèvement de la taxe foncière pour un…
30 oct 2019
Economie
C'est un avantage non négligeable de l'investissement dans l'immobilier d'entreprise : son rendement. Ce dernier est très élevé puisqu'il est…
25 oct 2019
Crédit immobilier