Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Augmentation des financements à 110% pour les prêts immobiliers
  Immobilier

Pour financer le logement et les droits de mutations, les réseaux d’intermédiaires bancaires constatent une augmentation des prêts immobiliers sans apport personnel.

Les emprunts à 110% sont des prêts proposés par les établissements bancaires et s’adressent à des particuliers qui ne possèdent pas d’apport personnel. Ils permettent de financer la totalité de la valeur d’un bien mais aussi les frais divers associés à la demande.

 

Croissance des emprunts sans apport personnel

C’est une constatation, les emprunts sans apport personnel sont en forte hausse. « Nous avons constaté le retour du financement dit “à 110%” » explique Joël Boumendil, fondateur et PDG d’ACE Crédits. Il ajoute que « Ces dernières semaines, 15 à 20% des dossiers que nous avons administrés concernent ce type de prêt immobilier ». Ainsi, plusieurs organismes affirment qu’environ 15% des dossiers d’avril 2017 étaient des prêts à 110% contre seulement 8% en 2016. Les demandes ont donc pratiquement doublé en l’espace d’un an seulement.

A qui sont-t-il réservés ?

Fort de cet état d’esprit de conquête, les banques sont même prêtes à financer les frais annexes potentiels liés au projet du demandeur : les frais de notaire, frais de dossier du prêt à l’habitat ou encore frais d’agence immobilière.

Ces financements de prêt à 110% ont pour cibles :

  • Les jeunes actifs qui viennent d’entrer sur le marché du travail et qui, par conséquence, n’ont pas commencé à épargner.
  • Les particuliers disposant d’une bonne épargne mais qui ne veulent pas toucher à leurs placements.

Le besoin des banques

Il y a quelques années, obtenir un prêt pour un particulier requérait une solide situation financière. Cependant, depuis plusieurs années, le secteur bancaire a dû faire face à une augmentation significative de la concurrence. Entre les nouvelles banques, les nouveaux services numériques innovants, l’essor des fintechs et des banques en ligne, il est devenu difficile d’attirer de nouveaux demandeurs. Ainsi, les prêteurs sont devenus plus souples sur les conditions de financements pour atteindre leurs objectifs commerciaux et séduire de nouveaux clients.

Cependant, il faudra se trouver, pour l’emprunteur, dans une situation financière (crédit à la consommation en cours, découverts réguliers…) et professionnelle stable (CDI, indépendants à forts revenus…).

Enfin, le taux d’endettement ne devra pas dépasser les 33% comme preuve de bonne gestion de budget et il faudra montrer patte blanche auprès de la Banque de France.

Pierre E

Twitter icon
Facebook icon