Fraude sur internet : attention aux faux sites

07 Oct 2019
Digital

Attention aux faux sites

Les escrocs ont adopté de nouvelles techniques pour voler de l’argent aux épargnants : ils créent des faux sites internet en dupliquant des vrais sites de banque. Prudence donc !

L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), a tiré la sonnette d’alarme en septembre dernier devant la multiplication sur internet de faux sites reproduisant tout ou une partie du contenu de véritables sites de banques en ligne.

L’ACPR inquiète pour les épargnants

L’ACPR est inquiète face à la croissance du nombre de « duplication de masse de sites frauduleux de banques en ligne ». Soixante sites de ce type ont été ajoutés à la liste noire de l’ACPR en un mois seulement.

Les escrocs reprennent le site internet d’une banque mais changent le nom, quelques détails varient (URL différents, coloris ou variation dans l’usage de certaines photos...). Un client peut alors se tromper facilement et être contacté par des personnes malhonnêtes.

Même l’administration fiscale a été piratée. Cette dernière a émis courant octobre une alerte à l’attention des contribuables concernant un site internet frauduleux, très ressemblant du site officiel des impôts. Une connexion sur ce site peut entraîner un piratage de son compte et la récupération de ses données personnelles.

Entre 2017 et 2019 le montant des sommes escroquées se monterait à au moins un milliard d’euros. Les escrocs s’attaquent maintenant aux placements traditionnels comme l’assurance-vie ou les SCPI, après avoir sévi sur les placements atypiques type vache ou diamant.

L’AMF a dressé le portrait-robot des victimes d’escroqueries financières : ce sont le plus souvent des personnes de plus de 50 ans. Toutefois, les statistiques montrent qu’aucune tranche d’âge n’est à l’abri. Même si les retraités sont les plus touchés (48,2 % des montants investis), toutes les catégories socioprofessionnelles sont concernées, le plus souvent dans la région Provence Alpes Cotes d’Azur (17,3 % des montants investis), suivie par l’Auvergne-Rhône-Alpes, l’Occitanie, puis l’Ile de France.

Que faut-il faire en cas de fraude ?

L’ACPR a indiqué dans un communiqué qu’elle « incite les internautes à vérifier qu'un site est bien autorisé à proposer des crédits ou des solutions d'épargne en consultant le registre des agents financiers agréés (www.regafi.fr) et le site Internet de l'Orias, organisme chargé de tenir le registre des intermédiaires en assurance ou en banque (www.orias.fr) ».

Si une personne a été victime d’une offre frauduleuse et subi un préjudice, il faut qu’elle dépose une plainte sur le site https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr/.

Une plate-forme Info escroqueries est aussi accessible gratuitement du lundi au vendredi de 9h à 18h30 au 0 805 805 817.

Comment s’en prémunir ?

Il faut être sur ces gardes, très vigilant et s’interroger sur le discours commercial de ces sites qui mettent en avant le profil en oubliant les risques inhérents à chaque placement.

Autre point qui doit mettre la puce à l’oreille : on ne doit pas vous demander de l’argent ni « aucune somme d'argent pour l'obtention d'un prêt ou le déblocage de fonds ».

Les escrocs ont adopté de nouvelles techniques pour voler de l’argent aux épargnants : ils créent des faux sites internet en dupliquant des vrais…
07 oct 2019
Digital
Nombreux ont cru en la cryptomonnaie dès son apparition, d'autres ont pensé que le grand public ne s'y intéresserait pas. Pourtant les…
01 oct 2019
Digital
Le souplex est un terme inventé à partir du mot duplex. Le duplex présente une partie au rez-de-chaussée et une partie à l’étape. À l’inverse,…
07 oct 2019
Crédit immobilier
Qu’est-ce-que le coworking ? Le coworking, ou bureaux partagés est un mode de travail partagé entre plusieurs personnes travaillant sur des…
30 sep 2019
Economie