Le crowdfunding immobilier bat des records

24 Jan 2020
Economie
Crowdfunding 2020

Le crowdfunding immobilier en France affiche des rendements record depuis quelques années. On vous explique ce mode de financement qui cartonne et ce même en période de pandémie... .

Un record en 2018 avec une croissance de 72% en six mois

Après un premier record en 2017, le crowdfunding immobilier a continué sur sa lancée avec une croissance record de 72% en six mois : plus de 62 millions d’euros ont été récoltés entre janvier et juin 2018 par les plateformes spécialisées, contre 36 millions en 2017 à la même époque. 19 millions d’euros, soit une hausse de 50 %, ont été remboursés.

Le crowdfunding immobilier avait progressé en 2019 de 102% : il avait atteint 373 millions d’euros et un rendement avant impôt de 9,2% selon l'édition 2019 du baromètre du crowdfunding immobilier de Fundimmo publié le 15 janvier 2020).

Et des très bons chiffres en 2020…

Les bons chiffres continuent malgré la pandémie (selon le baromètre 2020 Hellocrowdfunding-Fundimmo publiée en janvier 2021) :
  • 9.3% de rendement
  • 505 millions d’euros récoltés (+ 35 %)
  • 180 millions d’euros remboursés en 2020 contre 103 millions d’euros en 2019 (+75%)
  • 0.16% de taux de défaut contre 0,57% en 2019
  • 4.4% de retards de remboursement (-1,91 point par rapport à 2019)

Les 32 plateformes de crowdfunding immobilier recensées ont permis de financer 589 projets en 2020 (+8% par rapport à 2019). Le montant moyen d'une collecte s'élève à 857 329 euros, soit une augmentation de 24% par rapport à l'année précédente. En 2020, environ 15% de la collecte a concerné des projets compris entre 5 et 8 millions d'euros.

Comment fonctionne le crowdfunding immobilier ?

Le crowdfunding immobilier, c’est en fait un investissement en groupe mais en passant par internet. Un promoteur immobilier propose un projet de construction à financer ou un terrain avec des maisons qui seront revendues par lots s’il s’agit d’un lotisseur. L’offre est diffusée sur une plateforme web immatriculée à l’Orias et les internautes peuvent choisir d’investir dans le projet de leur choix. Il faut que celui-ci soit financé à 100% pour que les travaux commencent.

Investir dans ce projet ne veut pas dire devenir à tous les coups copropriétaire avec les autres crowdfunders. L’internaute investisseur est remboursé dès que les maisons ou lots sont revendus et empoche aussi des intérêts. A moins que le choix soit donné de devenir propriétaire et récupérer des loyers comme remboursement.

Attention c’est aussi un placement risqué où on peut tout perdre en cas de défaillance (vente longue ou projet qui ne sort pas de terre). Il faut aussi que la plateforme web de crowdfunding soit bien immatriculée à l’Orias et agréée par les autorités de régulation. Si ce n’est pas le cas, fuyez ce site !

A noter : en France, il existe une centaine de sites de crowdfunding. Une majorité d'entre eux sont des sites généralistes, les plus connues sont KissKissBank et Ulule. Plus insolite il existe une plateforme de financement participatif dédiée aux projets typiquement bretons appelés GwenneG. Pour le marché du crowdfunding immobilier deux acteurs dominent, Wiseed et Anaxago.

Rédacteur