Les français consomment autrement, mieux et moins

07 Mar 2019
Societe
Comsommer autrement, mieux et moins

Consommer aujourd’hui c’est être plus impliqué et informé, plus responsable et plus connecté. Une nouvelle vision de la manière d’acheter et d’utiliser les objets et les produits est née. On vous explique.

Une étude de la société IRI montre pendant le premier semestre de l'année 2018, "une baisse des volumes vendus d'un niveau jamais atteint en 5 ans ». Les ventes d’alimentation et de produits d’hygiène ont baissé de 1,2% selon la société d'études. Les supermarchés affichent une baisse de 7% de leur fréquentation.

Pourquoi ces baisses ? Des économistes et des spécialistes pointent plusieurs raisons : la conjoncture économique, les fins de mois difficiles mais aussi une envie de consommer autrement, moins et mieux en préservant la planète.

Un consommateur plus impliqué et informé

Il se développe des nouvelles normes de consommation après la surconsommation. On parle beaucoup en ce moment dans la presse de déconsommation. Ce terme décrit une tendance générale des consommateurs à diminuer leur consommation globale. Il ne s’agit pas de ne rien acheter mais plutôt de consommer moins, mieux et autrement.

L’achat se fait alors par nécessité non plus par envie. Et quand il est fait, souvent on veut de la meilleure qualité, quitte à payer un peu plus cher. La déconsommation a entrainé la création d’un nouveau style de vie, le minimalisme. Et la presse parle beaucoup des actions pour arriver à zéro déchet et de la manière d’y parvenir, par l’achat en vrac par exemple, dans les recycleries, sans oublier le développement de l’économie de partage (crowd-shopping, covoiturage, plateforme de partage…)

Un consommateur plus responsable

Le consommateur est aussi plus responsable, il veut faire des achats durables, qui polluent moins. Pas étonnant donc que la consommation de produits bio est en hausse. La part d’agriculture biologique dans la surface agricole française a été multipliée par 15 en 21 ans (0,4% en 1995 contre 6,6% en 2018, et 15% en 2022 selon les dernières estimations. Source : Environnement Agriculture - Les chiffres clés - Édition 2018).

Mais manger bio ne veut pas dire n’importe quoi. Les adeptes du bio veulent plus de transparence sur les produits (sur les étiquettes et la composition) et trouvent normal de payer un peu plus cher (33%). Les consommateurs aimeraient aussi trouver plus facilement du bio, notamment en supermarché.

On parle aussi dans le même temps de l’économie de la fonctionnalité, en plein boom. La fonctionnalité késako ? Un exemple parlant pour comprendre : un fabricant de pneus ne les vend plus, il les loue. Il reste propriétaire de ses produits et se charge de leur rechapage ou recreusage et leur entretien. Le client paie juste sa consommation, c’est-à-dire les kilomètres parcourus et uniquement cela. Michelin a multiplié ainsi par 2,5 la durée de vie des pneus de camions tout en augmentant son chiffre d’affaires et ses bénéfices. La « location » se développe aussi pour les vêtements, les meubles, les vélos et les voitures (genre vélo en libre-service)

Autre tendance qui a le vent en poupe : le made in « chez soi », que ce soit pour acheter des produits typiquement français par exemple. Le principe du local est poussé à son paroxysme par le développement des DIY, pour faire son propre shampoing ou liquide vaisselle…

On parle aussi de phénomène locavore : le fait d’acheter le plus près de chez soi ses légumes, sa viande, ses habits… Pour cela plusieurs solutions, d’abord l’approvisionnement directement dans un magasin d’usine ou lors d’événements spéciaux des ventes. Le circuit court, plus direct, peut être aussi privilégier avec les ventes directes chez les producteurs ou l’adhésion à des AMAP.

Il est aussi possible de s'abonner pour recevoir à intervalle régulier des chemises neuves, des paniers de légumes, des fruits de saison... 

Le consommateur, un acheteur plus connecté

Le consommateur a aussi évolué et utilise de plus en plus internet, le e-commerce se développe tout comme des applications pour l’aider dans son quotidien : On peut citer par exemple les applications Yuka, Too Good To Go… Nous allons revenir en détail sur tout

Notre actualité
On peut investir un livret A mais aussi dans une vache laitière, dans le vin ou les sacs à mains de luxe ou d’autres choses plus insolites comme des…
22 mar 2019
Societe
Prendre le train ou l’avion, obtenir un crédit sera possible en Chine mais seulement en fonction d’un système de « crédit social » (SCS), mis en…
15 mar 2019
Societe
Nos dossiers
La cession de créances, celle de dettes ou le rachat de crédits, ne sont pas la même chose. Pour illustrer voici un exemple : vous avez pris dix…
15 mai 2019
Rachat de crédit
Impôts et prélèvement à la source si vous êtes résident ou non résident fiscal Pour savoir comment et combien vous allez payer d’impôts, il faut…
13 mai 2019
Economie