Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Nouveau record pour les transactions immobilières
  Immobilier

Les notaires de France ont enregistré plus de 900 000 transactions immobilières entre mai 2016 et mai 2017 soit une augmentation de 10%.

Des résultats au-delà des estimations

Cette année est la première où autant de français ont acquis des logements anciens. En effet les transactions immobilières se sont élevées à 907 000 unités durant les douze derniers mois.

Ce chiffre dépasse largement le volume de transactions de l’année précédente à la même période qui était de 824 000 ventes de logements anciens, ce qui représente une hausse de 10% entre mai 2016 et mai 2017 alors que les estimations étaient elles de 880 000 ventes.

Malgré une année 2017 rythmée par les élections présidentielles, cela n’a pas découragé les acheteurs d’investir dans la pierre grâce à des taux de crédit immobilier dont le niveau était historiquement bas en 2016 et qui est descendu au plus bas à 1,31% de moyenne en novembre 2016.

C’était donc une année d’opportunités immobilières pour tous, que ce soit destiné à de l’immobilier locatif ou à des primo-accédant, chacun a pu saisir l’occasion d’investir avec un coût du crédit limité.

Ce volume s’explique aussi par le fait que l’offre de logement est suffisante pour combler la demande, ce qui accélère les ventes mais aussi les prix car pour être sûr d’obtenir le logement souhaité, les acquéreurs sont prêts à négocier moindre ce qui a terme augmente le prix de l’immobilier de façon général.

Phénomène de rattrapages ou bulle immobilières ?

Après cette forte hausse dans l’acquisition de bien immobilier, l’idée d’une bulle peut apparaître mais les notaires de France ne l’estiment pas ainsi. En effet les ventes sont très majoritairement réalisées par des ménages souhaitant se loger et non par des personnes souhaitant juste investir.

C’est donc un phénomène de rattrapage des ventes non réalisées au cours des dernières années qui serait l’origine de cet engouement soudain. Les ménages ont donc profité des taux historiquement bas pour acquérir un bien immobilier.

Reste maintenant à savoir si le phénomène continuera à prospérer ou si l’effet s’estompera après la lente remontée des taux qui est de 1,57% en juin 2017.

Antoine L

Twitter icon
Facebook icon