Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Le prix du gaz fait du Yoyo en 2017
  Economie

Le prix du gaz connaît des hauts et des bas depuis le mois janvier 2017 avec la hausse de la taxe carbone, du prix du pétrole et des températures hivernales...

Des températures hivernales toujours plus douces

Dès le début de l’hiver 2016 les anciens prédisaient que l’hiver serait le plus froid que nous ayons connu depuis le siècle dernier. Chaque année à la même période on entend dire « cet hiver sera plus vigoureux que le dernier », etc… Intox d’après Météo-France.

Les hivers sont de moins en moins froids. D’après Météo France, cela s’explique lorsque l’on regarde la moyenne des températures hivernales en France depuis plusieurs années.

L’hiver dernier a été le plus doux des hivers et cela ne devrait pas chuter cette année.

Températures moyennes hivernales en France

Les fournisseurs de gaz et de fioul s'inquiètent...

Evidemment, s’il fait doux cet hiver, les ménages ne vont pas beaucoup se chauffer et donc moins consommer d’énergie combustible. En revanche, l’inverse serait l’idéal pour les fournisseurs de gaz ou de fioul.

Le prix du gaz a augmenté de 5% en janvier 2017

Une hausse des prix du gaz qui alourdit la facture, diminue le pouvoir d’achat des consommateurs et augmente le risque de surendettement des ménages.

2 raisons expliquent cette hausse :
La première raison, s’explique par la hausse des températures hivernales, les revendeurs d’énergie vendent de moins en moins de carburant. Ils augmentent donc leurs prix pour compenser cette perte dû aux températures de plus en plus douces.

La deuxième raison, s’explique selon la Figaro par une hausse de la taxe carbone qui regroupe les coûts d’approvisionnement et l’application de la taxe intérieure de consommation du gaz naturel. En effet concernant la taxe carbone, elle a augmenté en ce début d’année 2017 et a été répercutée sur la facture de tous les consommateurs se chauffant au gaz alors que le gaz indexé par le pétrole à lui aussi augmenté notamment avec la hausse du baril de pétrole suite à la baisse de la production accordée par l’OPEP pour limiter la production de barils qui a mécaniquement fait remonter les cours du baril.

Concernant le mois de janvier 2017, les températures ont souvent été en dessous des moyennes saisonnières. Ce qui a favorisé mécaniquement la baisse du prix du gaz de 0,6% en février, une petite baisse par rapport à la hausse annoncée au mois de mars.

Mais que nous annonce le mois de mars…

A priori, une hausse de 2,6% est prévue début mars d’après le Figaro. Rien ne nous explique pourquoi cette hausse après un début de février dans les normales de saisons. 7 millions de ménages sont concernés par cette variation des prix du gaz. Cela représente 35% de la population Française.

Comment maitriser sa facture énergétique ?

Il est tout à fait possible de trouver une alternative au gaz en se chauffant au bois. Même si d’un point de vue écologique le chauffage au bois n’est pas le plus adapté, il reste cependant le moyen de chauffage le plus avantageux. Pour chauffer un mètre carré pendant un an, le chauffage au bois coûte beaucoup moins cher que le fioul ou le gaz.

Pour faire jouer la concurrence, sachez qu’il est possible de changer de fournisseur de gaz quand vous voulez. Pas de délais minium ni de frais. Pas de contrainte technique non plus car en fonction du fournisseur de gaz, le changement de compteur n’est nécessaire ni obligatoire.

Si toutefois vous considérez que se chauffer au gaz est trop onéreux, vous pouvez envisager des travaux de rénovation énergétique dans votre logement en investissant dans un meilleur système de chauffage (Poêle à granulés, pompe à chaleur, panneaux solaires, ect.) ou dans une meilleure isolation en bénéficiant des différentes aides publiques comme le prêt à taux zéro ou le crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE) qui vous permet de déduire de votre impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d'amélioration énergétique de votre logement principal, sans condition de revenus, à hauteur de 30% jusqu’au 31 décembre 2017.

Twitter icon
Facebook icon
Google icon