Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
L'endettement privé, la nouvelle inquiétude
  Legislation

Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF), l'instance veillant à la stabilité financière, prêt à fortifier le système bancaire pour préserver l'économie.

Le désendettement prend du retard

Le taux d'endettement de la zone euro est en lente déflation. En effet, en 2010, celle-ci a connu un pic à 174 % du PIB. Depuis, elle n'a diminué que de 4 points. Ce retard s'explique par une croissance économique plus faible que celle affichée par le Royaume-Unis par exemple (perte de 40 points). La baisse du taux d'endettement des ménages ne compense pas celle des entreprises privées. Cette augmentation s'explique par les taux bancaires obligataires attractifs qui poussent les sociétés à emprunter.

Pour d'autres pays comme les pays émergeants (Mexique, Indonésie ou encore l'Afrique du sud), le taux d'endettement a augmenté de 31 points en moyenne en 10 ans. Le Brésil, quant à lui, affiche une dette record de 94 % de son PIB en 2015 contre 42 % en 2005.

Les instances financières françaises s'inquiètent

Lundi 7 août 2017, le HCSF a annoncé que la hausse de l'endettement des agents non financiers inquiète. « la poursuite de la hausse de la dynamique d'endettement des agents non financiers » et ajoute « les risques que les expositions directes ou indirectes aux entreprises les plus fragiles font peser sur le système financier ». Malgré un léger recul du surendettement bancaire en France, cette inflation semble peser sur les ménages (+ 3,9 % en 2016) et sur les entreprises non financières (5,5 %). L'endettement des sociétés non financières a progressé de 20 % en trois ans (8 % en un an). Cet endettement amènerait la France a être le mauvais exemple de l'Europe.

Des contraintes supplémentaires pour les banques ?

Bercy s'est lui-même exprimé dans un communiqué sur le sujet afin de prévenir l'augmentation des risques économiques cycliques. Des mesures drastiques seraient alors envisagées. « Si cette tendance se confirmait, le HCSF, en adéquation avec le caractère préventif de la politique macroprudentielle, serait conduit à examiner prochainement les mesures nécessaires pour renforcer la résilience du système bancaire et préserver le bon financement de l'économie ».

En outre, un plus gros capital pourrait être exigé aux banques. De plus, l’accès à certains marchés financiers pourrait leur être refusé si jugées non aptes financièrement.

Pour conclure, si la situation économique mondiale venait encore à se dégrader, il y aurait de grandes probabilités que la Banque Centrale Européenne ferme les vannes.

Pierre E

Twitter icon
Facebook icon