Taux capé - définition

Le taux capé ou crédit à taux capé est un prêt à taux variable plafonné, c’est-à-dire que lors de la signature du contrat de crédit une limite est mise en place.

Pourquoi parler de taux capé ?

Lorsque l’on parle de taux capé, il s’agit d’une limite définie à l’avance du taux d’intérêt. Cette spécificité permet à l’emprunteur d’anticiper les variations des taux que peut entraîner la conjoncture économique. En d’autres termes, concevoir un emprunt autour d’un taux capé signifie que l’emprunteur dispose d’un coût plancher pour limiter la volatilité.

En outre, ce type de crédit entraîne des montants planchers pour que la banque puisse s’y retrouver en cas de hausse des taux. Opter pour cette formule facilite la gestion de ses mensualités. En effet le budget retrouve une forme de stabilité si le contexte financier présente un comportement volatile. En général, le choix de ce mécanisme appartient aux prêts à taux variable pour bénéficier des meilleures conditions du marché.

En général, à la signature du contrat d’emprunt, 1 % est fixé entre le plancher et le plafond pour ne pas mettre la mensualité de l’emprunteur à mal. D’un autre côté, la valeur plancher permet à l’organisme préteur de préserver une certaine marge en cas de forte baisse, ce qui offre aux parties une forme de bonne entente.

Avantages et inconvénients du taux capé

En fonction de l’EURIBOR, les taux peuvent varier selon la stratégie économique de la Banque européenne. Le choix d’un prêt à taux variable appartient aux emprunteurs prêts à prendre un certain risque. Ils savent que les conditions sont légèrement plus avantageuses qu’un prêt à taux fixe. Néanmoins, accepter de contacter un crédit à taux variable c’est aussi prendre le risque de voir ses mensualités augmenter si par mégarde l’EURIBOR décide de repartir à la hausse.

C’est pourquoi les demandeurs ont tout intérêt à prendre quelques précautions. Pour ce faire, il suffit d’insérer dans l’offre de prêt une clause de taux capé. En l’espèce, ce plan amortit les éventuelles majorations qui feraient fluctuer les mensualités.

Par exemple si un prêt contracté émet un taux d’intérêt de 3,5 % et un cap de 1 %, l’emprunteur verra son barème fixé entre une valeur plancher à 2,5 % et un plafond à 4,5 %.

A contrario, si les taux ont tendance à baisser, le capé amoindrit l’effet de la baisse. Dans les circonstances où les taux restent stables et bas, le prêt à taux d’intérêt variable capé perd de son attrait. Toutefois il pourrait le redevenir en cas de changement de situation, surtout lors d’une phase ascendante.