Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
 

Logo Crédigo

Appelez-nous au 03 22 66 56 56

Combien coûte un rachat de crédit ?

Rachat de crédit

Le coût d’un rachat de crédit est à prendre en compte avant de finaliser cette opération bancaire. Pour en savoir plus…

Il existe plusieurs frais à prendre en compte

L’opération de rachat de crédit engendre des coûts que le nouveau crédit va devoir couvrir. On vous détaille les différents frais à prendre en compte.

Quels sont les coûts d’un rachat de crédit ?

Procéder à un rachat de crédit a un coût, des frais qu’il faut prendre en compte dans la démarche.

Il faut toujours avoir à l’esprit que le rachat de crédit n’est vraiment profitable à un emprunteur que si l’économie entraînée (le gain net) est plus forte que les frais dépensés pour l’opération. Les avantages du rachat de crédits sont donc en partie conditionnés au taux de rachat de crédit, mais également au coût de rachat de crédit.

Il existe plusieurs frais à prendre en compte. On en dénombre quatre : les frais de remboursement anticipé, les frais de garantie, les frais bancaires et de courtage ainsi que les frais d’assurance emprunteur.

Le remboursement anticipé IRA

Lors d’un rachat de crédit, les banques demandent aux emprunteurs qui soldent leur prêt de payer des frais appelés IRA ou indemnités de remboursement anticipé.

Ces frais représentent 6 mois d’intérêt sur le capital remboursé au taux moyen du prêt, mais ne peuvent pas dépasser 3 % du capital restant dû (CRD) avant le remboursement. Ces frais sont appliqués dans le cadre d’un rachat de crédit immobilier.

Un regroupement de crédits à la consommation souscrit avant le 1er mai 2011 n’amène pas l’application de ces indemnités. Cela vaut également pour une demande de rachat de crédit qui comprend majoritairement des crédits à la consommation.

Pour rappel, un rachat de crédit à la consommation peut comprendre :

Le coût de rachat de crédit varie donc selon le type de crédits rachetés aux établissements de crédit.

Les frais de garantie

Plusieurs frais de garantie peuvent être appliqués avec cette opération bancaire. En effet, pour éviter un refus de rachat de crédit, une garantie sera bien souvent demandée par l’établissement de crédit pour obtenir un rachat de crédit.

Ces garanties peuvent être :
  • la mise en place d’une hypothèque sur un bien immobilier, ce qui implique le paiement de frais d’hypothèque ;
  • une caution.

Changer de banque prêteuse a aussi des conséquences sur les anciens crédits, surtout s’il y avait une garantie associée, comme une hypothèque. Il faudra donc demander à un notaire une mainlevée et payer donc des frais. En cas de cautionnement par un organisme comme Crédit logement, le transfert est impossible. Il y aura donc une nouvelle étude pour revoir le cautionnement adapté à l’emprunteur.

Les banques peuvent aussi demander une hypothèque sur le bien pour couvrir le nouveau crédit demandé. Hypothèque qui entraîne des frais de notaire.

Racheter des crédits permet aussi de renégocier l’assurance emprunteur du prêt et de faire des économies avec l’amendement Bourquin en effectuant une délégation d’assurance dans une compagnie autre que la banque qui a prêté l’argent.

Les frais bancaires et de courtage

Le courtier qui va jouer les intermédiaires va aussi demander des frais, des honoraires qui représentent un pourcentage du montant du crédit (une fois que la demande de rachat est acceptée).

La nouvelle banque prêteuse peut aussi réclamer des frais de dossier. Ces frais de dossier de rachat de crédit représentent en moyenne entre 1 et 2,10 % du montant racheté. Ces derniers sont négociables, il ne faut pas hésiter à demander un geste au banquier.

À noter qu’un emprunteur qui présente un dossier de rachat de crédit solide sera dans une position plus favorable pour négocier les frais bancaires appliqués au contrat. Avec un accompagnement par un courtier en rachat de crédit, un emprunteur pourra constituer un dossier viable avec un taux d’endettement acceptable pour le montant des prêts à racheter. Cette solution de financement est également plus favorablement accueillie accompagnée de garanties supplémentaires.

L’assurance emprunteur

L’assurance emprunteur est une assurance crédit qui est vivement conseillée pour la souscription d’un nouveau contrat unique par le biais d’un rachat de crédit. Cette assurance crédit peut prendre la forme d’un contrat groupe proposé par l’assureur en partenariat avec l’organisme de crédit qui rachète les crédits de l’emprunteur.

Un emprunteur peut également choisir un assureur de son choix, en privilégiant une délégation d’assurance. Un courtier en prêt peut accompagner chaque emprunteur dans la recherche d’une assurance. En effet, la mission du courtier comprend également un devoir de conseil.

À noter que la souscription d’une assurance crédit est bien souvent imposée par l’organisme prêteur pour un prêt immobilier. Elle est facultative pour un crédit à la consommation. Néanmoins, dans tous les cas une assurance emprunteur est vivement conseillée pour garantir le remboursement du nouveau crédit unique contre les aléas de la vie.

La souscription d’un crédit à la consommation suivi du décès de l’emprunteur entraîne l’intégration de cette dette dans la succession. Pour éviter que les héritiers n’aient à rembourser ce crédit qui peut présenter un montant plus ou moins important, l’assurance crédit permet de prendre en charge le remboursement de ce crédit.

Ces frais d’assurance sont donc à prévoir au moment de calculer le coût d’un rachat de crédit. Pour savoir si cette solution financière est avantageuse par rapport à votre situation actuelle, vous pouvez réaliser une simulation de rachat de crédit Crédigo. Il s’agit d’une simulation de rachat de crédits sans engagement. Un intermédiaire bancaire Crédigo pourra ensuite vous accompagner pour une demande de rachat de crédit en ligne.

Article(s) pouvant vous intéresser :
Article mis à jour le