Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
 

Logo Crédigo

Appelez-nous au 03 22 66 56 56

Crédit santé : le financement de soins médicaux et d’opérations

Quel crédit pour financer des soins et des dépenses de santé ?

Médecin en blouse bleue

Globalement le système de santé français prend en charge en entier ou en partie les soins et les opérations : ils sont remboursés par la Sécurité Sociale et la mutuelle. Mais certains soins n’entrent pas dans cette catégorie. Ils ne sont pas remboursés (ou alors en partie) et restent à la charge du patient.

Il est possible de financer des soins et des dépenses de santé non prises en charge par la Sécurité Sociale et ce de plusieurs façons :

Par un crédit personnel non affecté

Le bénéficiaire du prêt peut donc l’utiliser selon ses besoins, sans présenter de justificatif de ses dépenses. Il s’agit d’un crédit conso d’une durée maximum de 36 mois si son montant est inférieur ou égal à 3 000 € et de 60 mois si son montant est supérieur à 3 000 €.

Par un crédit conso affecté

Ici l’emprunt est affecté c’est-à-dire que l’emprunteur doit apporter des justificatifs sur l’emploi de l’argent. En cas de non-réalisation des soins, le remboursement du crédit est arrêté.

Avec un rachat de crédit avec trésorerie

Si vous avez des crédits conso et/ou immobilier en cours et un soin de santé à financer, il est possible de regrouper tous les emprunts en une seule mensualité et une nouvelle durée et d’y ajouter une somme complémentaire, le tout sans augmenter votre taux d’endettement. La durée du prêt est alors plus longue.

Pour retrouver de la capacité d'emprunt, demander un crédit conso ou effectuer un rachat de crédit avec trésorerie (et baisser son taux d'endettement), vous pouvez faire appel à un courtier en crédits et regroupement de prêts comme Crédigo.

Nos conseillers sont là pour vous conseiller, monter votre dossier et le présenter à nos partenaires financiers, pour au final vous trouver une solution adaptée à votre situation et à votre budget...

Quel est le prix des différentes opérations ou des soins de santé en France ?

Certains soins ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale et la mutuelle (ou alors en partie) et restent à la charge du patient. De quels soins parle-t-on ?

Les soins médicaux les plus importants mais aussi les plus chers sont les soins dentaires, auditifs, d'optique et la chirurgie esthétique.

Les soins dentaires

Pour des soins dentaires et l’orthodontie les prix varient de 500 euros (tous les 6 mois) pour un appareil dentaire à 3 000 euros et plus pour des implants dentaires. En savoir plus sur le financement des soins dentaires.

L’optique

Pour des soins de vue et d’optique, une opération laser (contre la cataracte par exemple ou la myopie) est évaluée entre 1 500 et 3 500 € pour les deux yeux, un implant ou prothèse oculaire entre 1 000 et 2 500 € par œil et une paire de lunettes avec verres progressifs 500 euros en moyenne. En savoir plus sur le financement des soins des yeux.

L’audition

Côté soins de l’audition, l’installation d’aides auditives de classe 1 monte jusqu'à 950 euros (ce budget est fixé par la convention médicale et sans reste à charge) et celles de classe 2 (plus perfectionnées technologiquement) entre 1 000 et 2 500 euros. Attention, il existe des frais secondaires, comme l'achat des piles et du matériel d'entretien, qui peuvent aussi être remboursés par la Sécurité Sociale et votre mutuelle.

Les soins esthétiques

Les soins esthétiques sont à la charge du patient (sauf exceptions). Rhinoplastie, liposuccion, abdominoplastie, augmentation ou réduction mammaire… certains actes chirurgicaux sont pris en charge par la Sécurité sociale, et d’autres non. Tout dépend de leur but : réparatrice ou purement esthétique.

Une rhinoplastie (opération du nez) coûte entre 2 000 et 4 000 €. Elle est remboursée si l’opération remodèle la cloison nasale cassée ou déviée et prise en charge chez l’enfant comme chez l’adulte, à partir du moment où elle provoque un complexe important chez un sujet jeune ou une gêne sociale chez l’adulte. Ces critères sont soumis à l’appréciation du chirurgien plasticien.

L’intervention sur des oreilles décollées, ou otoplastie, est évaluée entre 1 000 et 2 000 €. Elle est remboursée par la Sécu.

La pose de prothèses mammaires coute, elle, entre 2 000 et 6 000 € et est prise en charge après un cancer du sein. Les augmentations mammaires peuvent être remboursées, après entente préalable, uniquement dans trois situations : la taille de bonnet est inférieure à A, les seins sont tubéreux (en forme de tube) ou l’asymétrie est très marquée, correspondant à au moins un bonnet d’écart.

D’autres interventions peuvent être prises en charge par la Sécurité Sociale (sous conditions) comme la réduction mammaire (quand la poitrine est vraiment très importante), estimée à plus de 4000 euros et la plastie abdominale (dans les cas où le pubis est recouvert par le tablier abdominal).

Toutes les brûlures, morsures et cicatrices causées par une maladie ou un accident sont prises en charge. S’il est cancéreux, l’enlèvement d’un grain de beauté peut faire l’objet d’un remboursement.

Mais la liposuccion (entre 2 000 et 4 000 €), un lifting (entre 4 000 et 5 000 €), la chirurgie des paupières et l’injection de graisse, de Botox ou d’acide hyaluronique ne sont  pas remboursées et doivent être prises en charge financièrement par le patient.

Si des critères stricts sont remplis (en cas d’obésité extrême, avec un IMC supérieur à 40…), la chirurgie bariatrique (pose d’un anneau gastrique, sleeve ou bypass) peut être prise en charge par l'Assurance Maladie à hauteur de 70% du prix moyen de 4 500 €, soit 3 150 €.

Article mis à jour le