Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Dispositif d’investissement locatif Pinel : une prolongation sous conditions

 

Dispositif d’investissement locatif Pinel

La loi Pinel est reconduite en 2018 pour 4 années supplémentaires. Grâce à cette loi les investisseurs peuvent bénéficier d’une importante réduction d’impôt.

La loi Pinel permet aux investisseurs de bénéficier d’une importante réduction d’impôt. Mais attention, des conditions précises sont à respecter !

Le ministre de la cohésion du territoire Jacques Mézard a décidé de reconduire le dispositif d’investissement locatif Pinel, du nom de l’ancienne ministre Sylvie Pinel, jusqu’au 31 décembre 2021. Les conditions d’éligibilité n’ont pas beaucoup changé mais des critères très précis sont à prendre en compte avant de se lancer.

Défiscalisation différente selon la durée

La loi Pinel est un dispositif d'investissement locatif qui permet de défiscaliser une partie de l'argent investi. Concrètement, vous achetez un bien neuf ou ancien, vous le mettez en location pour 6, 9 ou 12 ans avec des loyers plafonnés et en contrepartie, vous pouvez récupérer 12, 18 ou 21% du montant de l'investissement (en fonction de la durée). Le dispositif concerne principalement les logements neufs mais peut également être accordé pour un logement ancien faisant l'objet d'une rénovation énergétique profonde.

Des conditions à remplir

Pour bénéficier de la loi, il faut que le bien soit loué comme résidence principale du locataire. La location doit durer au minimum pendant six ans. Le bien doit être loué dans les douze mois qui suivent la livraison de celui-ci. En outre, le logement doit respecter des normes énergétiques précises, comme la norme BBC (bâtiment basse consommation) ou la norme RT2012.
Le loyer est plafonné (selon les zones) et les locataires doivent aussi respecter un plafond de ressources.

Des zones précises à respecter

Ce dispositif est applicable dans des zones où il existe une tension forte entre l’offre et la demande de logements, soit les zones allant de A Bis à B1. En 2017, les zones concernées sont les suivantes :

  • - Zone A Bis : Paris et la première couronne
  • - Zone A : La côte d’Azur, l’Ile de France et la partie française de l’agglomération genevoise
  • - Zone B1 : Les grandes villes de plus de 250 000 habitants (Bordeaux, Lyon, Toulouse, Nantes, Rennes…), la grande couronne parisienne et quelques villes où les prix de l’immobilier sont élevés (Bayonne, St Malo, La Rochelle, Chambéry...)

La zone B2, comprenant les villes moyennes de plus de 50 000 habitants et certaines villes sur dérogation des préfets de région, est exclue du dispositif.

Lydie.D

Je simule mon rachat de crédits

Twitter icon
Facebook icon