Louer son logement neuf vide ou meublé : quel est le plus rentable ?

Economie

Le choix de louer un logement vide ou meublé peut avoir des conséquences sur le montant du loyer que vous proposerez, sur la rentabilité de votre investissement, mais aussi sur la fiscalité et la gestion de votre bien mis en location.

Louer son logement vide, la solution de facilité

Louer son logement neuf vide ou meublé : quel est le plus rentable ?

Proposer un logement vide à la location permet une gestion bien plus facile. Louer un logement non meublé signifie ne pas investir dans des meubles qui fatalement finiront par s'abîmer malgré le bon soin des locataires. L'électroménager nécessitera aussi une surveillance de l'état de fonctionnement.

Louer vide est donc beaucoup plus simple en matière de gestion, mais pas uniquement. En effet, les personnes qui choisissent d'aménager dans un logement vide et donc d'y installer leurs propres meubles sont souvent des personnes qui prévoient d’y rester. Elles sont bien moins mobiles que des étudiants par exemple. Ainsi, avec un locataire sérieux qui s'installe, vous pouvez parfois vous assurer plusieurs années de tranquillité, et donc, des versements de loyer réguliers.

Côté fiscalité, deux options s'offrent aux propriétaires de logements vides. Le régime forfaitaire permet de bénéficier d'un abattement de 30% sur ses revenus locatifs. Le régime réel permet de déduire les charges et de n'être imposable que sur les bénéfices. En cas de déficit, il s'imputera sur les revenus globaux dans la limite de 10 700€ par an.

Louer un bien meublé peut être financièrement intéressant

Louer un bien meublé est financièrement plus intéressant puisque ce type de bien se loue de 15% à 20% plus cher qu'une location vide. Les locations meublées s'adressent souvent à un public jeune, soit des étudiants, ou encore des jeunes adultes qui entrent dans la vie active et n'ont pas encore investi dans du mobilier. Ainsi, la durée du bail doit s'adapter à la cible convoitée. Il sera alors possible de proposer des baux d'un an et parfois même 9 mois pour coller avec la durée d'une année scolaire.

Meubler comme il faut

Côté mobilier, il est tout à fait possible de meubler un appartement à moindre coût. Attention cependant, ce n'est pas parce qu'un particulier est disposé à vivre dans un meublé qu'il est prêt à renoncer à un lieu de vie agréable. Il est donc préférable d'opter pour des meubles sobres, peu salissants qui résisteront dans la durée. Il faudra donc meubler ingénieusement les lieux sans pour autant faire les vide-greniers et les Emmaüs de la région pour dépenser le moins possible.

Récemment, Bertrand de Raymond, président de la société Capcime spécialisée en investissement locatif ancien confiait à l'Express : « Vous n'êtes pas obligé de meubler l'appartement en Roche-Bobois. Comptez environ 2750 euros pour agencer correctement un studio avec une table, des chaises, des couverts, de la vaisselle, un tapis, un lit, une commode et une machine à laver, le tout chez Ikea, à changer tous les sept ans en moyenne ». Un conseil plein de bon sens.

La fiscalité d'un logement meublé : attractive mais attention quand même !

La fiscalité d'un logement meublé sera également intéressante. En effet, deux options sont également envisageables pour ce type de logement. Le régime forfaitaire permet de n'être imposé que sur la moitié du montant du loyer (contrairement aux 70% d'un logement vide). Le régime réel permet également de déduire les charges, mais également le prix d'achat des différents éléments du logement. Grâce à cette déduction, le montant de l'impôt pourra être fortement diminué.

Enfin, un logement meublé pourra également servir de location à visée touristique. En effet, on peut tout à fait envisager de louer son meublé à un étudiant le temps de l'année scolaire avec un bail de 9 mois et de consacrer les 3 mois restants de la saison estivale à de la location saisonnière. Un procédé qui s'avérera extrêmement rentable lorsque l'on connaît les prix pratiqués dans le milieu de la location de vacances.

Cependant, un tel procédé entraîne le changement de statut du logement et ce dernier devra faire l'objet d'une déclaration d'usage adaptée ce qui pourra impacter les avantages fiscaux précédemment détaillés. Prenez le temps de vous renseigner avant d'effectuer la démarche et gardez à l'esprit qu'un logement faisant l'objet de locations de courtes durées non déclarées correctement peut faire l'objet d'une enquête avec pour issue une sanction pouvant aller jusqu'à 25 000€ d'amende.

En somme, un logement meublé sera financièrement plus intéressant, mais nécessitera aussi plus de gestion, d'investissement de départ, et une surveillance accrue. Un logement vide offrira plus de sérénité, mais sera aussi moins rentable, c'est le coût de la tranquillité.