Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Les tendances du marché immobilier français pour la rentrée 2019

Les tendances du marché immobilier français pour la rentrée 2019
  Immobilier
Marché de l'immobilier en France

Hausse des prix, marché qui se ralentit, crédit immobilier qui s’allonge, mais confiance des Français dans la pierre, c’est la tendance de la rentrée 2019.

Des prix en hausse mais des disparités géographiques

L’indice des prix des logements neufs et anciens - deuxième trimestre 2018 de l’Insee est sorti mi-septembre. Il confirme la hausse des prix. Au deuxième trimestre 2018, les prix des logements ont augmenté de 2,8 % sur un an. Cette hausse est plus marquée pour les logements anciens (+2,8 % sur un an) que pour les logements neufs (+2,6 %). Mais attention aux disparités géographiques !

Selon l’observatoire LPI Seloger, les prix des appartements anciens ont baissé ces 3 derniers mois dans 70 % des villes de plus de 200.000 habitants. Les hausses à retenir sont celles à Paris, Rennes et Lille.

Le marché ralentit et se grippe

Tandis que les tarifs de la pierre continuent à augmenter, de l’autre côté l’activité freine. Et cela commence à se sentir. Des professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Une étude annuelle du Crédit Foncier annonce un recul de l’investissement locatif en 2018, une première depuis cinq ans : il y a moins de logements achetés pour être ensuite loués.

La fédération Française du bâtiment indique aussi que la vente de maisons individuelles est en chute libre avec neuf mois consécutifs de baisse des ventes. Selon cet organisme la chute en 2018 va se situer entre 12 et 15 %. Depuis le début de l’année le nombre de permis de construire délivré recule de 4.5 %. Selon l’assureur Eulet Hermes le nombre de mises en chantier va régresser de 3 %.

Ce qui bloque…

La suppression de certaines aides publiques en faveur des accédants à la propriété modestes, comme l’APL accession et le recentrage du prêt à taux zéro, a contribué à dégrader la solvabilité de ces acquéreurs. Ils ont plus de mal à emprunter, le taux d’endettement des ménages augmente.

Côté banque, on veut s’adapter… pour l’instant

Pour permettre aux primo-accédants d’acheter, les banques proposent des crédits de plus en plus longs. Selon l’observatoire Crédit logement-CSA, 37,5 % des prêts immobiliers accordés aux accédants à la propriété en juin 2018 portait sur des durées de 25 à 30 ans. Une longueur de 20 ans est aujourd’hui presque devenue la moyenne (au lieu de 15 ans au début des années 2000). Une banque propose même des crédits hypothécaires sur 35 ans.

Cela est possible pour l’instant car les taux d’intérêt sont très bas. Le coût du crédit est moins cher et les acquéreurs peuvent emprunter plus et plus longtemps.

L’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) montre dans une étude publiée en septembre la production annuelle de crédit à l’habitat a chuté début 2018 après avoir progressé en 2017. Toujours dans cette étude on apprend que le montant moyen des crédits immobilier est de 165.448 euros en 2017 (contre 110.098 en 2009).

L’immobilier placement préféré des Français

Les craintes des professionnels peuvent être un peu nuancés car l’immobilier reste le placement préféré des Français loin devant l’assurance-vie, l’épargne type Livret A ou les marchés financiers. Le Crédit Foncier a posé la question à 2600 personnes : si vous gagnez au loto, où placez-vous la somme d’argent ? 68 % répondent dans la pierre ! L’idée est ici avant tout de se bâtir un patrimoine ou de disposer d’un revenu supplémentaire en cas de placement locatif. 92% des sondés investiraient dans un appartement.

Lydie Dabirand

Articles en relations :

 

Twitter icon
Facebook icon