Habiter dans un mobil-home : la vie au grand air - habitation insolite

24 Sep 2019
Acquérir un nouveau bien immobilier

habiter dans un mobil-home

Dans la catégorie habitat insolite nous avons le mobil-home qui connaît un regain de demandes à cause de la hausse du prix de l’immobilier. Explications

Prévoir l’emplacement avant le mobil-home

Les mobil-homes actuels sont cosy, accueillants, ont parfois des airs de petits chalets… Ces jolies résidences nomades tout équipées sont bien moins onéreuses qu'une vraie maison avec des fondations. Ce type de maison neuf coûte entre 20 000 et 70 000€, entre 6000 et 10000 euros d’occasion.

Il est possible d’en acheter une d’occasion, mais il faut le choisir récent car les campings obligent parfois les propriétaires d’installations trop vétustes à les remplacer par de nouveaux modèles.

La facture monte plus pour une installation dans un parc résidentiel de loisirs (PRL) : entre 20000 et 120000€, selon les prestations et l’emplacement. Il est surtout conseillé de commencer par trouver l’emplacement sur lequel s’installer avant de passer à l’acte d’achat.

Bon à savoir

Depuis 2015 le mobil-home est devenu « un habitat léger et mobile », qui peut tout à fait devenir le domicile de personnes qui résident là plus de huit mois dans l’année. La loi Alur permet de requalifier ce type d’habitation comme résidence principale.

Posséder un mobil-home entraine des obligations légales

Si le mobil-home est sur un terrain privé, celui-ci doit être constructible. Il sera nécessaire d’obtenir de la mairie un permis de construire (ou faire une déclaration de travaux en dessous de 40 m2) et bien sûr organiser tous les raccordements (eau, électricité...). Une fois ces conditions remplis, il est possible d’établir sa résidence principale dans le mobil-home.

Il est interdit d’installer un mobil-home durablement (plus de 3 mois) sur un terrain privé non constructible. Les autorités (mairie, préfecture...) peuvent demander une expulsion. Mais certaines municipalités le tolèrent, d’autres non.

Un conseil donc dans tous les cas : allez en mairie vous renseigner avant toute installation pour savoir si le PLU autorise cette installation.

Si le mobil-home est dans un camping : Il faut louer un emplacement à l’année pour y laisser le mobil-home, mais il est interdit d’en faire sa résidence principale et d’y vivre à demeure. De nombreux campings ferment plusieurs mois durant l’hiver : l’eau et l’électricité sont alors coupées. Il ne faut donc pas espérer y séjourner hors saison ou y vivre toute l’année.

Si le mobil-home est dans un parc résidentiel de loisirs (PRL) : cette solution permet d’acheter une parcelle d’au moins 200 m2 sur laquelle il est possible d’installer un mobil-home.

Faut-il opter pour le mobil-home avec ou sans roues ?

Si l’installation est dans un camping ou dans son jardin moins de trois mois dans l’année, elle doit pouvoir être déplaçable à tout moment et donc garder ses roues.

Si le mobil-home reste sur place plus de trois mois dans le jardin, il devient alors une construction fixe sans moyen de traction, sans roues.

Les contraintes du mobil-home à ne pas négliger

"Ce type de bien se dégrade plus rapidement qu’une vraie maison", observe Sylvie Henry, présidente de l’Union nationale des campings et des parcs résidentiels de loisirs. Des travaux d’entretien sont à prévoir.

Il faut également veiller au confort et à l’isolation de l’habitation pour ne pas avoir ni trop chaud ni trop froid selon la saison. Il faut aussi bien que le raccordement à l’eau et l’électricité soit effectué correctement et que ces derniers ne font pas perdre le caractère mobile au mobil-home.

S'installer dans un mobil-home : Les frais à prévoir

Si le mobil-home est installé légalement sur un terrain constructible, les impôts locaux sont identiques à ceux d’une vraie maison.

Dans un camping, il faut payer une redevance annuelle (le loyer pour la location de la parcelle) qui se monte à plus de 1500 euros par an au minimum. Selon les cas, l’eau et d’électricité sont inclus dans le forfait, ou s’ajoutent au loyer en fonction de la consommation, mesurée par des compteurs.

Certains campings imposent parfois des droits d’entrée (de 1 000 à 10 000€) lors d’arrivée. En principe, les propriétaires de mobil-homes installés dans un camping ne paient pas la taxe d’habitation mais sont redevables de la taxe de séjour. La taxe d’habitation est parfois réclamée à ceux qui se sont illégalement installés à l’année et se domicilient à cet endroit.

En cas d’achat de parcelle dans un PRL, il faut en plus régler les charges liées à l’entretien des espaces verts, des aires de jeux et des voies d’accès, un coût important à ne pas négliger. Sans oublier la taxe foncière si vous êtes propriétaire d’une parcelle.

Comment financer votre mobil-home ?

Vous avez pour projet l'achat d’un mobil-home et avez un besoin financier pour le réaliser ? Vous pouvez effectuer une demande de regroupement de prêts avec trésorerie auprès de Crédigo. Pour cela, remplissez notre formulaire de simulation en ligne et veillez à y inclure le montant que vous souhaitez obtenir pour financer votre mobil-home.

La simulation et l’étude de votre dossier sont totalement gratuites et sans engagement. N’hésitez pas à nous contacter au 03 22 66 56 56.

     
Satisfaction client
4.9/5