Les différentes garanties pour faire un prêt immobilier

Assurance

On n’est pas obligé d’hypothéquer son bien immobilier pour garantir son prêt, on peut le garantir avec une assurances vie, des titres boursiers, chose matériel ou mobilière…

Garantie crédit immobilier : il n’y a pas que l’assurance emprunteur !

Garanties prêt immobilier

Les taux bas ne sont pas une bonne nouvelle pour les seniors et certains profils à risque qui veulent emprunter. Si les taux sont bas, le taux d’usure le sera aussi.

Mais arriver à un certain âge ou quand on a un profil à risque (anciens malades, travail dangereux…), le montant de l’assurance

emprunteur peut vite monter et donc cela augmente de fait le TAEG. Sans oublier la hausse des tarifs de l’assurance et notamment de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance qui s’applique maintenant sur toutes les garanties (perte d’emploi, invalidité...). Et qui font augmenter la facture et le taux global.

Que faire alors si on présente ce type de profil et que la demande de crédit immobilier ne peut pas passer ? Il existe d’autres solutions comme l’hypothèque, le gage et le nantissement, la caution.

Les différentes possibilités pour garantir son prêt immobilier : Hypothèque, caution, gage et nantissement…

La garantie se porte sur des objets différents suivant que vous choisissez l’hypothèque, le gage ou le nantissement. L’hypothèque et le privilège portent sur un bien immeuble, le gage sur un bien meuble corporel, le nantissement sur un bien incorporel.

L’hypothèque et le privilège : la garantie repose sur un terrain, une maison, un appartement, un logement… la banque inscrit une hypothèque en cas de construction ou de travaux et un privilège en cas d’achat d’un logement ancien, un bien existant. Les deux durent le temps du prêt plus deux ans. En cas de vente l’hypothèque suit le bien et donc s’impose au nouveau propriétaire. Dans les deux cas si l’emprunteur ne paie pas, son bien sera saisi en priorité et mis en vente après une décision de justice.

La caution : il s’agit d’un contrat qui engage une personne à payer la créance en cas de défaillance de l’emprunteur principal. Le cautionnement peut être aussi hypothécaire : l’emprunteur offre en garantie un immeuble dont il est propriétaire (pas celui qui est acheté).

Le nantissement : un contrat d’assurance-vie, un portefeuille de titres boursiers… peut aussi garantir un prêt. Le banquier va gager (nantir) le contrat et en cas de non-paiement de l’emprunteur la banque demande l’attribution du contrat (capital et intérêt compris). Le nantissement peut se faire sans dépossession. Attention une fois l’assurance-vie nantie, impossible d’avoir accès à l’argent pendant la durée du prêt sauf clause contraire.

Le gage : c’est une garantie sur une chose matériel ou mobilière comme par exemple une voiture. Dans ce cas il peut y avoir dépossession. Le créancier peut imputer annuellement les fruits et revenus sur les intérêts puis le capital jusqu’au règlement de la créance.

Antichrèse : c’est un nantissement d’une chose immobilière. En savoir plus sur l'antichrèse...

A noter : certaines professions comme les fonctionnaires, les agents de l’Etat peuvent demander à leur mutuelle de se porter caution. Cette garantie peut être gratuite ou alors très peu onéreuse.