Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
 

Logo Crédigo

Appelez-nous au 03 22 66 56 56

Veuvage : gérer les crédits à la consommation et crédits immobiliers

Quels crédits doivent-être assurés ?

Dessin homme âgé avec une canne et des pièces de monnaie avec flèche vers le haut

Lorsque notre conjoint nous quitte, beaucoup d’interrogations se posent à nous sans que nous les ayons anticipées. Comment alors gérer les crédits à la consommation et ses crédits immobiliers en cours, dettes qui ne s’éteignent pas à la mort de l’emprunteur ?

Les crédits immobiliers diffèrent des crédits consommation. Après le décès de son conjoint il est important de se demander si les crédits en immo et/ou conso en cours sont couverts par une assurance emprunteur. En effet, les crédits immobiliers sont obligatoirement assurés en cas de décès alors que les crédits à la consommation ne le sont pas toujours.

Il est donc primordial de faire le point de votre situation avec votre banque (ou l’organisme prêteur) et votre notaire chargé de la succession. Il pourra ainsi vous proposer des solutions adaptées à votre situation !

Que deviennent les crédits immobiliers ou crédits conso au nom du défunt ?

Si la personne décédée avait des crédits en cours, le remboursement de ces crédits est pris en charge par les héritiers, donc par le conjoint. Si aucune assurance décès n’a été souscrite, les crédits entrent dans le passif de la succession.

Si au contraire, des crédits consommation et crédits immobiliers sont couverts par une assurance emprunteur, la compagnie d’assurance prendra en charge les mensualités ou le remboursement du capital restant selon les modalités du contrat.

Pour que l’assureur prenne à son compte les mensualités, vous devez déclarer le décès à l'organisme prêteur et à l'assurance.

Que deviennent les crédits co-empruntés avec le défunt ?

Comme pour des crédits au seul nom du défunt, si vous n’avez pas d’assurance décès, la banque vous demandera de rembourser l’intégralité des prêts. C’est ce qui s’appelle la solidarité entre co-emprunteurs. l’intégralité des prêts. C’est ce qui s’appelle la solidarité entre co-emprunteurs. Le conjoint survivant doit reprendre le remboursement des mensualités des crédits ou rembourser tout le capital restant.

Au contraire, si vous avez souscrit une assurance décès, la prise en charge du remboursement des prêts varie selon la quotité, ou pourcentage de couverture, choisie par les emprunteurs. Si chaque emprunteur est couvert à 50 %, la personne veuve ne rembourse que sa part du crédit consommation ou du crédit immobilier, soit 50%.

Que peut faire le conjoint survivant en cas de crédits à rembourser ?

Si le conjoint survivant se retrouve avec plusieurs crédits à rembourser, ceux qu’il avait déjà plus ceux de son conjoint décédé, le regroupement de prêts est une solution à envisager. En effet le budget du conjoint survivant peut être réaménagé pour intégrer ces remboursements des crédits conso et/ou immo.

Le rachat de crédits permet de regrouper tous les prêts et les dettes en cours en un seul crédit adapté au budget de la personne. Ce prêt aura un nouveau taux d’intérêt et les mensualités seront diminuées par rapport aux anciennes. Mais attention qui dit mensualité en baisse dit durée de crédit plus longue.

Les autres assurances crédit souscrites pour les crédits rachetés sont résiliées. Il faudra alors en souscrire une nouvelle assurance emprunteur, adaptée à la situation du conjoint survivant. Vous pourrez alors opter pour une assurance de groupe ou une délégation (avec des garanties adaptées.)

Cette assurance permet de garantir le remboursement du crédit à la banque, en cas de décès de l’emprunteur, sans que les héritiers aient à supporter le poids des mensualités.

Le conseiller Crédigo est là pour vous aider dans vos démarches de regroupement de prêt ou de délégation d’assurance emprunteur. N’hésitez pas à le solliciter au 03 22 66 56 56. La simulation en ligne et l’étude de votre dossier sont totalement gratuites et sans engagement.

Autres articles pouvant vous intéresser :
Article mis à jour le