Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
 

Logo Crédigo

Appelez-nous au 03 22 66 56 56

Le taux d’endettement passe de 33 à 35 %

03 Feb 2021
Emprunts
Le taux d’endettement passe de 33 à 35 %

Le taux d’effort, c’est-à-dire la part maximale des revenus consacrés au remboursement du prêt, passe au maximum à 35 % contre 33% avant.

Les conditions d’octroi du crédit immobilier ont été assouplies par l'HCSF

Le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) a publié fin janvier 2021 une recommandation qui précise les conditions d’octroi d’un crédit immobilier.

Les conditions d’octroi du crédit immobilier ont été assouplies par le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) et devraient être inscrites dans un texte législatif à l’été 2021. Un vrai bol d’air pour certains emprunteurs.

Ce qui change pour l’emprunteur

Le taux d’effort, c’est-à-dire la part maximale des revenus consacrés au remboursement du prêt, passe au maximum à 35 % contre 33% avant et la durée maximum d'endettement est passée, elle, de 25 à 27 ans.

Le volume de dérogation à ces règles (35% et 27 ans) passe de 15% à 20% de la production des crédits octroyés. Une flexibilité selon aussi le profil de l’emprunteur : "30% au moins de cette flexibilité devront désormais être réservés aux primo-accédants et 80% à l'ensemble des accédants", a indiqué François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France.

Une précision de taille sur l’assurance emprunteur qui a son importance…

Le Haut Conseil de stabilité financière a demandé de prendre en compte le "remboursement du capital emprunté et de l'ensemble des charges d'intérêts et d'assurances".

Dorénavant donc toutes les banques doivent inclure le coût de l'assurance emprunteur dans les charges annuelles d'emprunt pour calculer l'endettement des futurs acquéreurs. Et ainsi attendre ses fameux 35 % .

Taux d'effort reste pour le moment à 33% dans le cas du rachat de crédit

Le communiqué du haut conseil indique que cette recommandation ne touche pas les rachats et regroupement de crédits mais l’instance demande aussi que les sociétés financières la prennent bien « en considération » dans les demandes.

A qui profite cet assouplissement ?

Aux primo-accédants : les conditions sont plus souples pour obtenir un crédit immobilier.

Aux jeunes dont le montant de l’assurance emprunteur est assez bas. Les emprunteurs avec des profils particuliers (sports à risque, problème de santé, fumeurs…) seront pénalisées.

Rédacteur