Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Tout savoir sur l’assurance-vie - placement à long terme

Tout savoir sur l’assurance-vie - placement à long terme
  Assurance
Assurance-vie : moins de rendement en 2017 et 2018

Avec près de 11 millions de contrats en cours, l'assurance-vie est un des placements préférés des Français. On vous en dit plus sur ce placement un peu particulier, bien différent du Livret A.

L'assurance-vie : un placement à long terme

L’encours de l’assurance-vie en France en juillet 2018 était de 1712 milliards d’euros soit une hausse de 3% en un an. On ne compte pas moins de 11 millions de contrats en cours. C’est un placement à long terme et souple. Il faut garder au moins 8 ans son assurance-vie sans y toucher pour en tirer un bénéfice et obtenir un abattement fiscal. Si vous avez souscrit votre contrat avant 1997, il est recommandé de le garder et de le proroger car il a un régime beaucoup fiscal plus avantageux.

Comment ça marche ?

Tout au long du contrat, le souscripteur paye des primes. Le taux de rémunération dépend du support sur lequel les primes sont investies (voir ci-dessous). Il est possible de racheter le contrat (c’est-à-dire piocher dans le capital) en cas de besoin de liquidités. Là les intérêts ou plus-values seront soumis à l’impôt.

Le dénouement du contrat intervient au terme du contrat, en cas de vie de l'assuré, ou lors de son décès. Dans ce dernier cas, le capital est versé au bénéficiaire du contrat. Si le souscripteur est vivant à la fin du contrat, il peut se servir de cet argent pour sa retraite, récupérer les sommes sous forme de capital ou de rentes viagères.

Avoir ce type de contrat permet aussi d’avoir des avantages fiscaux en matière de succession.

Quel type d’assurance vie ?

En monosupports, en euros : c’est un produit d’épargne garantie avec des versements réguliers dans un seul support. Dans ce cas, il est sûr de récupérer au bout d’un certain temps le montant investi, plus les intérêts.

En multisupports (ou unités de compte) : en plus des fonds euros, le contrat comprend des actifs financiers (OPCVM ; SCPI…). C’est un placement plus risqué et non garantie car fluctuant.

Une assurance-vie n’est pas une assurance‐décès

Avec l’assurance décès on ne reçoit de rien soi‐même mais ce sont les bénéficiaires mentionnés au contrat qui en profitent s’il vous arrive malheur pendant la durée du contrat. La durée peut être à vie, comme dans l’exemple de la garantie obsèques, ou limitée dans le temps. Les proches bénéficieront, soit d’un capital (qui ne sera pas imposé) ou d’une rente.

Le cas de l’assurance-emprunteur

Une assurance-emprunteur est demandée en cas de prêt immobilier. Il s’agit en fait d’une assurance-décès pour la durée de l’emprunt. Si à la fin de l’emprunt, l’emprunteur est toujours en vie il ne touchera rien ; mais s’il meurt avant, cette assurance couvrira les mensualités de l’emprunt. Et ses héritiers n’auront pas par exemple à vendre la maison pour rembourser la banque.

La transférabilité de l'assurance-vie proposée par les députés, refusée par Bercy

Dans le cadre de la loi Pacte sur l’épargne salariale, deux députés du groupe LREM à l’Assemblée, Joël Giraud, rapporteur du budget et Amélie de Montchalin, membre de la commission des finances, veulent permettre aux détenteurs d’assurance vie de transférer beaucoup plus facilement leur épargne vers un autre contrat plus performant. Ce qui n’est pas possible aujourd’hui.

Concrètement, les deux élus proposent que le transfert permette de conserver l’antériorité fiscale du contrat. Cette facilitation des transferts va dans le sens des épargnants mais pas des professionnels de l’assurance. Certains experts craignent même qu’elle ne menace la viabilité du secteur. Bercy s'est opposé à ce projet, enterrant cette proposition. La loi Pacte prévoit toutefois la transférabilité  pour les particuliers de leurs produits... d'épargne retraite. 

Bon à savoir

Il faut surtout se poser les bonnes questions avant de signer un contrat : est-ce que je veux mettre de côté pour moi, pour mes proches ? protéger moi, ma famille ? les deux ? Garantir un remboursement d’emprunt ? …

Epluchez aussi bien attentivement votre fiche de paie. Si une ligne « prévoyance » figure sur celle-ci, alors tant que vous serez salarié de cette entreprise, vos proches recevront une somme à votre décès. Il s’agit là d’une assurance collective souscrite par l’employeur.

Les assureurs ont confié à l'AGIRA le soin d'organiser la recherche de contrats d'assurance-vie en cas de décès. On peut saisir cette instance par internet le site de l'AGIRA. En cas de litige au sujet de votre assurance-vie n’hésitez pas à faire appel à un médiateur.

Lydie.Dabirand

Articles en relations :

 

Twitter icon
Facebook icon