Les tendances immobilières du premier trimestre 2019

19 Mar 2019
Immobilier
Point info sur l'immobilier 2019

Ce premier trimestre 2019 est chargé en actualités immobilières entre les taux bas, les prix qui montent, les nouvelles tendances comme la LOA immobilière, les actions en justice contre Airbnb… On vous explique les dernières tendances immobilières.

Des taux au plus bas et des durées au plus haut

L’observatoire Crédit Logement a publié les chiffres de février et ils ont des airs de jamais vu. En effet en moyenne, le taux d’intérêt immobilier est bas, 1.44 % (contre 1.45 % le mois précédent). Le taux dans le neuf est à la baisse et celui de l’ancien reste stable. L’observatoire note que ces évolutions sont « remarquables » avec une stabilité des taux depuis un an, qui dessine un « paysage jamais observé par le passé : l’accès aux crédits immobiliers n’a jamais été rendu aussi facile par les établissements bancaires ».

En moyenne, la durée du crédit s’est aussi rallongée d’un mois, passant à 230 mois, soit bien plus de 19 ans. Depuis 6 ans, la durée moyenne des crédits a augmenté de deux ans environ et elle est longue : la plupart (plus de 70%) ont une durée de 20 ans et plus.

Des prix multipliés presque par 4 à Paris

Dans le même temps les prix continuent d’augmenter à Paris, plus qu’ailleurs dans l’hexagone. La capitale affiche même une hausse plus importante que Londres et New-York (les prix ont été multipliés par 3.9 depuis 20 ans à Paris contre 3.6 et 2.1).

Un site d’estimation de biens immobiliers, maisons et appartements, a publié en février le portrait-robot de la maison des Français. Cette dernière mesure plus de 100 m2, a le plus souvent un jardin et compte presque 5 pièces. On trouve peu de maisons à Paris et dans les grandes villes, plus en province, dans des villes de moins de 100.000 habitants. En moyenne les Français payent 1.894 euros du m2 sauf dans la capitale où l’on atteint les 10.000 euros.

Décisions de la cour de cassation

Si vous vendez votre bien à un prix plus bas que celui du marché, loin de sa valeur vénale, l’administration fiscale peut rectifier ce prix et demander les taxes et frais sur la différence. La cour de cassation a indiqué que l’administration n’est pas tenue par le prix convenu entre le vendeur et l’acheteur.

Autre décision importante de la cour de cassation datant de janvier 2019 qui concerne l’achat en indivision : un créancier peut, en cas de non-paiement d’une créance d’un emprunteur, vendre toute la maison même si un seul membre du couple avait fait un crédit pour payer sa part (et pas l’autre).

Rentabiliser son bien immobilier

On connaît la location avec option d’achat (LOA) pour les voitures. Une plate-forme sur internet basée à Rouen veut démocratiser ce système pour l’immobilier. Le principe reste le même que pour l’automobile : l’acheteur paie une somme fixe par mois et peut à la fin du contrat acheter le bien qu’il occupe. La location accession existe déjà dans le secteur public.

Il n’y pas d’Airbnb dans la vie, il existe d’autres moyens de rentabiliser son bien immobilier. A noter quand même que 3% des Français interrogés (baromètre Sofinscope février 2019) louent leur logement pour surmonter des difficultés de paiement de loyer ou de remboursement d’emprunt.

Vous pouvez ainsi louer son parking notamment dans les grandes villes durant le temps où vous êtes vous-même en déplacement. Il est possible aussi de louer quelques heures son salon ou son jardin pour des événements type réunions de travail, fêtes…

Autre astuce si vous avez un grand jardin dans une région cotée ou une ville touristique, vous pouvez installer un petit studio en bois avec tout le confort et le louer à la nuit. Si le studio fait moins de 20 m2 pas besoin de permis de construire juste une simple autorisation préalable demandée en mairie suffira. Attention toutefois il faudra payer la taxe d’aménagement. Une petite taxe insolite mais pas indolore pour le contribuable. 

Attention il y a des seuils de revenus annuels à ne pas dépasser si vous louez votre logement sinon vous serez catégorisés comme professionnel : 23000 euros c’est la somme annuelle à ne pas dépasser.

Airbnb, Paris et la justice

La plate-forme de location d’appartements et meublés touristiques est au cœur de l’actualité. La ville de Paris a fait ses comptes et 17% des logements dans la capitale ne sont pas occupés de façon pérenne. Un chiffre en hausse et qui s’explique par le boom des locations touristiques et notamment sur Airbnb.

Depuis décembre 2018 les loueurs parisiens doivent demander un numéro d’enregistrement à la mairie. Ce numéro doit être visible sur les annonces. Un site d’information nationale en février dernier a épluché les milliers d’annonces Airbnb dans la capitale et 80 % d’entre elles sont illégales : elles n’ont pas ce numéro, ne l’affichent pas mais ce paramètre n’est pas obligatoire pour poster une annonce. Airbnb, dans le même temps, veut mettre en place un compteur de nuitées pour les locations dans l’hyper centre de Paris, afin de bien limiter la location à 120 jours pas plus (comme cela est prévu dans la loi Elan).

La bataille entre la mairie de Paris et la plateforme continue aussi devant les tribunaux : l’entreprise attend la décision de la cour de justice de l’Union Européenne, Airbnb s’oppose à la mise en demeure de la mairie demandent la suppression des annonces illégales. Décision attendue premier semestre … 2020.

Monaco possède le marché immobilier de luxe le plus cher du monde, loin devant Paris. Le prix au mètre carré y est trois fois plus élevé dans ce…
12 juin 2019
Immobilier
On pouvait le penser mais la France n’est pas en Europe LE pays des propriétaires. Il est battu à plate couture par d’autres… On vous explique…
05 juin 2019
Immobilier
Le report de crédit donne la possibilité pour l’emprunteur de suspendre pendant un temps le paiement de ses mensualités. Ce temps de pause sera…
24 juin 2019
Crédit consommation
Le fichage bancaire est l’inscription d’un particulier dans un fichier national des incidents de remboursement. L’individu qui fait l’objet d’une…
24 juin 2019
Banques