Pièces et billets : toujours très prisés en France

17 Jul 2018
Economie
Pièces et billets en euro

On les pensait aux oubliettes face à la déferlante du numérique, du commerce en ligne, des paiements sans contact ! Que nenni, la pièce et le billet en euros résistent toujours. La Banque de France, qui approvisionne le pays, a émis plus de billets et de pièces en 2017 qu’en 2016.

Une forte demande en monnaie fiduciaire

En décembre 2017 l’émission nette de billets en France s’élevait à 129 milliards d’euros, soit une hausse de 7.6%. L’augmentation est un peu moins forte pour les pièces, avec 3.5 milliards et plus 4.4%. Dans le monde la valeur totale des billets et pièces en euros en circulation a augmenté de 4%. A noter aussi que, selon la Banque Centrale Européenne, un tiers des billets en euros en circulation est détenu à l’extérieur de la zone euro.

Ce dynamisme de la monnaie fiduciaire s’effectue en parallèle du développement d’alternatives aux paiements en espèces comme le sans contact, le commerce en ligne, les paiements par cartes bancaires très développés… Les Français utilisent moins les espèces que leurs voisins européens pour payer en magasin. Mais les pièces et les billets sont plus prisés pour les petits achats du quotidien, comme le pain. Un vrai paradoxe qui soulève une question : où sont donc tous les billets et pièces émis en plus en 2017 ?

La Banque de France émet l’hypothèse que tout cet argent liquide est gardé chez soi, « à des fins de thésaurisation ». Le fameux bas de laine sous le matelas en somme ! Selon une étude de la Banque Centrale Européenne de 2017 un Européen sur 4 a des réserves en pièces et billets chez lui. Et le Français n’échapperait à la règle.

Les règles à connaître pour utiliser des pièces et des billets

On ne peut pas faire n’importe quoi avec les billets et pièces en euros. Petit rappel d’abord : c’est le seul moyen de paiement qui ne peut pas être refusé, contrairement aux chèques et cartes ! Mais on ne peut pas payer en liquide avec plus de 50 pièces. Des plafonds sont imposés en cas de paiement en espèces : 460 € pour un acompte, 1 500 € pour les salaires ou fractions de salaires, 3 000 € au maximum pour les particuliers résidents en France, 1 000 euros chez un commerçant et 300 euros dans l'administration.

Seuls les billets et les pièces en euros ont cours légal en France et doivent être en bon état, un commerçant peut les refuser si ce n’est pas le cas. Mais ce dernier ne peut afficher qu’il refuse de prendre les billets en euros.

En cas de doute sur le moyen de paiement (suspicion de faux billet par exemple), le commerçant peut demander au client son identité. Le commerçant peut vous demander de faire l’appoint. Donc il n’est pas obligé de faire la monnaie.

A noter : si au lieu de thésauriser les Français veulent épargner, ils peuvent le faire sans risque : l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) publie et met à jour une grande liste noire des sites qui peuvent mettre votre épargne en danger. On ne recense pas moins de 600 sites sur quatre listes.

Notre actualité
Certains revenus ne peuvent pas être prélevés par un tiers comme l’employeur, la caisse de retraite… Dans ce cas le paiement de l’impôt s’effectue…
11 fév 2019
Economie
Incroyable, mais vrai, une étude a récemment déclaré que 440 milliards d'euros au total dormaient sur les comptes courant des Français en octobre…
11 fév 2019
Economie
Nos dossiers
Dans une entreprise qui propose le plan d'épargne pour la retraite collectif, tout salarié le souhaitant pourra en bénéficier à condition bien…
18 fév 2019
Retraite
Les déductions fiscales et défiscalisations liées à un prêt immobilier suivent-elles le nouveau crédit en cas de rachat ? Oui mais sous conditions.…
07 fév 2019
Rachat de crédit