Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
La caution bancaire est la première garantie des crédits immobiliers
  Immobilier

D’après l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (APCR) de la banque de France, 60% des prêts immobiliers contractés en 2016 font l’objet d’une caution.

Réussite de la garantie caution bancaire

D’après une enquête annuelle publiée en juillet 2017 sur le financement de l’habitat de 2010 à 2016, on peut remarquer que 95% des prêts immobiliers comportent une garantie.

Parmi ceux-là, 60% sont des prêts cautionnés dont 35% proviennent de la caution de l’établissement de crédit et environ 25% font appel à la caution d’un organisme d’assurance.

Pour le reste, 30% ont comme garantie l’hypothèque ou le Privilège de Prêteur de Deniers (PPD) et à peu près 10% font appel à d’autres garanties.

Le succès de la caution bancaire peut s’expliquer et évolue constamment depuis 2010 pour atteindre 3 prêts sur 5 en 2016.

A savoir que la caution ne nécessite pas de passer devant le notaire et peut ainsi être mis en place rapidement et n’engendre aucun frais de notaire contrairement au recours de l’hypothèque ou au PPD.

De plus, la caution ou garantie du prêt n’est pas attachée au bien pour lequel l’emprunteur a sollicité le crédit contrairement à l’hypothèque.

C’est pourquoi les banques privilégient les sociétés de cautionnement, qui pratiquent la mutualisation des risques, pour garantir un prêt.

La caution bancaire représente en général 2% du prêt immobilier.

Malgré son succès, un dispositif critiqué

A savoir que si le cautionnement bancaire est la première garantie choisie, cette dernière a était confronté à plusieurs critiques à son égard.

Ainsi en 2014 et 2015 le principal organisme Crédit Logement a été attaqué par une association de défense des consommateurs lui reprochant son système opaque de garantie car cet organisme est détenu en grandes parties par les banques.

De plus, garantir son prêt est une exception française que le comité de Bâle cherche à faire disparaitre sans résultat pour le moment.

Antoine L

Twitter icon
Facebook icon