Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Déficit public : des chiffres inespérés pour le gouvernement français

Déficit public : des chiffres inespérés pour le gouvernement français
  Economie
Le déficit de la France enfin sous la barre des 3% du PIB

Cela fait 10 ans que ce n'était pas arrivé, un seuil de déficit public en dessous de la barre des 3%. De façon plus précise, il représente actuellement 2,6% du Produit Intérieur Brut.

Bruno Le Maire court les plateaux télé depuis quelques jours et les journaux titrent que la barre des 3% du déficit du PIB a été enfin franchie. Mais que cela signifie-t-il ? De quelle façon ces chiffres ont-ils un impact ? Quels sont les changements à espérer pour les finances du pays ?

Le déficit de la France enfin sous la barre des 3% du PIB

Cela fait 10 ans que ce n'était pas arrivé, un seuil de déficit public en dessous de la barre des 3%. De façon plus précise, il représente actuellement 2,6% du Produit Intérieur Brut. Un chiffre inespéré par le gouvernement qui attendait de son côté 2,9%. Même début Mars, Joël Giraud (rapporteur de la commission des finances de l’Assemblée nationale) annonçait entre 2,7% et 2,8% le bilan est donc plus que concluant !

Une nouvelle qui permet au gouvernement de souffler un peu, car cela n'était pas arrivé depuis 2007 (le chiffre était aussi de 2,6%). En effet, en 2008, le déficit public était de 3,3% et explose en 2009 en atteignant 7,2%, suivi de plusieurs baisses consécutives de ce déficit à 6,9% en 2010, 5,2% en 2011, 5% en 2012, 4,1% en 2013, 3,9% en 2014, 3,6% en 2015, 3,4% en 2016 jusqu'au joli bond de 2,6% en 2017. En termes d'euros, ce déficit représente 64,3 milliards d'euros du côté de l'Etat, mais les administrations publiques locales et la sécurité sociale sont repassées en positif avec respectivement 0,8 et 5,1 milliards d'euros d'entrée.

Une nouvelle qui fait la fierté du gouvernement Macron

Si cette nouvelle peut paraître floue, elle signifie en fait que le déficit du pays s'amenuise et cela permet à la France de retrouver une certaine crédibilité. La nouvelle fait donc la fierté du gouvernement Macron. "Je ne fais pas des 3% un totem, mais un symbole : celui de la crédibilité retrouvée auprès de nos partenaires européens", déclarait Bruno Le Maire (Ministre des Finances) cet automne. Car c'est là tout l'enjeu de ces 2,6%, retrouver une crédibilité auprès de l'UE. Même si la nouvelle est bonne, un déficit reste un déficit et la dette de la France envers l'Europe est toujours bien présente.

Une dette public toujours présente

« C’est une bonne nouvelle, s’est exprimé Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances. Mais elle n’est pas synonyme de fin des efforts de redressement de nos comptes : un déficit reste un déficit. Nous continuons de dépenser plus d’argent que ce que nous avons : nous sommes toujours obligés de nous endetter pour payer nos dépenses. Le redressement des finances publiques est nécessaire, non pas pour la Commission européenne, mais pour les Français. C’est quand la croissance est bonne qu’il faut diminuer la dépense publique pour pouvoir faire face si la conjoncture internationale devenait moins favorable. »

Ce déficit de 2,6% a son importance, car il est représentatif de l'état financier du pays et en lien direct avec notre dette européenne. Ainsi, il impacte donc directement le montant des diverses taxes en impôts mis en place par le gouvernement et donc influe sur les finances des Français.

Si le déficit en baisse semble donc nous mettre sur la bonne voie, selon l'INSEE, il n'est pas suffisant pour faire reculer la dette publique qui continue d'augmenter tant que les comptes du pays ne sont pas au vert. Cette dette européenne est désormais de 2,218 milliards d'euros (66 milliards de plus qu'en 2016). Le problème, c'est qu'avec un tel montant, la France (ainsi que l'Espagne) est astreinte à une procédure de débit excessif. Deux nouveaux délais lui ont été accordés en 2013 et 2015 ce qui fait qu'une nouvelle demande de délais pour le remboursement de la dette était impossible, c'est pourquoi réduire le déficit pour empêcher la dette d'augmenter encore plus était un véritable cas d'urgence.

Par ailleurs, la fameuse barre de 3% est importante, car pour sortir de la procédure de déficit excessif, il faut compter deux années consécutives en dessous de ces 3%. Un processus qui semble être en bonne voie et qui permettrait au pays de retrouver toute sa crédibilité auprès de l'Union européenne, point indispensable pour le gouvernement Macron qui souhaite opérer à des réformes de la zone euro, mais peut difficilement défendre son projet en l'état actuel des choses.

Cette procédure ayant été engagée en 2009, l'État espère en sortir le pays en 2018 en annonçant un déficit du Produit Intérieur Brut de 2,9% en 2017. Un projet qui ne s'arrête pas là puisque le gouvernement Macron compte bien repasser la France en positif avec comme objectif pour la suite 1,5% du PIB pour 2020, 0,9% en 2021 et 0,2% en 2022.

Lucie.B

Twitter icon
Facebook icon